• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Projet immobilier: Saint-Bruno dénonce une «culture du secret» 

Projet immobilier: Saint-Bruno dénonce une «culture du secret»

L'administration du maire Martin Murray est opposée au... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'administration du maire Martin Murray est opposée au projet immobilier Sommet Prestige et considère que le terrain de six hectares doit être conservé et intégré au corridor forestier du mont Saint-Bruno.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, dénonce la «culture du secret» qui entoure un projet immobilier controversé du sénateur Paul Massicotte, dont le sort est entre les mains du ministère de l'Environnement depuis six mois.

La Ville de Saint-Bruno a recouru - sans succès jusqu'ici - à la Loi sur l'accès à l'information pour connaître les modifications proposées par le promoteur afin de faire accepter par Québec la construction d'une trentaine de maisons de luxe dans un bois adjacent au Parc national du Mont-Saint-Bruno.

«On est dans les avocasseries inutiles, affirme le maire Murray en entrevue avec La Presse. On a compris que M. Massicotte a rencontré les gens du Ministère, mais on nous refuse une rencontre.»

«Je comprends mal cette culture du secret», ajoute le maire Murray.

L'administration Murray est opposée au projet et considère que le terrain de six hectares doit être conservé et intégré au corridor forestier du mont Saint-Bruno.

Le projet, autrefois connu sous l'appellation Boisé des Hirondelles et aujourd'hui appelé Sommet Prestige, soulève la controverse depuis son annonce en 2006.

L'automne dernier, le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, David Heurtel, a utilisé une procédure d'exception pour exiger la protection du ginseng à cinq folioles, une plante menacée de disparition au Québec, qui pousse sur le terrain.

Le Ministère affirme que le projet entraînerait une «dégradation sévère du milieu naturel» et pourrait même menacer les spécimens de ginseng qui se trouvent dans le parc national.

Le promoteur a donc été invité à proposer des modifications à son projet. Les délais pour ce faire sont échus depuis décembre dernier, mais la Ville ne sait toujours rien du dossier.

Ce silence est d'autant plus étrange que la Ville est partie prenante de cette démarche d'exception, note Me Michel Cantin, procureur de Saint-Bruno dans ce dossier. «La Ville est nommée dans les procédures, souligne-t-il. Normalement, dans ces cas, on doit recevoir copie de toute la documentation soumise par les parties.»

Transplantations proposées

En entrevue téléphonique avec La Presse, l'urbaniste Bruno Bergeron, responsable du projet Sommet Prestige, a révélé plusieurs aspects qui ont été proposés au Ministère.

«Il y aurait des maisons en moins, dit-il. On a aussi proposé des transplantations et des clôtures. On aura aussi un programme de suivi de cinq ans. Il faut faire tout ça discrètement parce que la plante est menacée par le marché noir. Les racines valent cher.»

Il ajoute que le milieu est dégradé par «des vélos de montagne, des promeneurs avec leurs chiens».

Il affirme que la Ville n'a pas tenté d'obtenir ces informations auprès du promoteur. Il reproche par ailleurs à la Ville d'avoir par le passé «rendu public des documents hautement confidentiels qui indiquaient où étaient localisés les plants de ginseng».

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC) n'a pas voulu commenter le dossier hier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer