De retour de Vancouver dimanche en soirée, on allait passer la nuit chez-nous avant de reprendre la route en direction d'Amos, lundi fin d'après-midi. À notre motel vers les 2h00 du matin, on s'est vite retrouvé chacun dans nos chambres pour un repos mérité.

Yann Perreau CYBERPRESSE

Avant de dormir, je sortais admirer les étoiles et remplir mes poumons d'air frais; parce que dix heures de vanne avec un band de rock... Juste devant ma porte extérieure, était stationné un pick-up sur lequel reposaient plus ou moins en paix deux caribous.

Mon malaise m'a rappelé que j'ai pas vraiment l'âme du prédateur.

La seule fois où j'étais allé à la chasse, j'avais un harmonica en guise de gun.

Y'en a qui l'ont. Y'en a qui l'ont plus.

Amos

Mardi, 16 novembre, le soleil brillait dru dans le ciel d'Amos. Et moi qui croyais casser mes bottes Sorel.

À la salle des Eskers à 14h00 pour installer les équipements et faire les tests de son.

On me conduisait ensuite au Cégep de l'endroit pour un 5 à 7 où j'allais rencontrer différents gens qui se risquent en affaires et qui ont du succès.

Le projet « Plonge, vis tes passions! » consiste à encourager les citoyens à s'investir dans la région des Eskers en créant leur propre entreprise.

J'y ai connu des personnes inspirantes, dont un couple de producteurs maraîchers et une jeune boulangère.

Et le maire de l'endroit, un Haïtien d'origine, d'une lumière peu commune.

Le show que nous donnions quelques heures plus tard allait donner le ton à notre tournée abitibienne de cinq concerts en cinq soirs. Amos, Rouyn, Val d'Or, La Sarre et Ville-Marie. Partout : qu'énergie brute.

Souvenir de Rouyn

Mon plus beau souvenir d'Abitibi je l'ai vécu en 2005. Nous présentions deux shows au Cabaret de la Dernière Chance. Richard Desjardins avait assisté à notre premier spectacle. Après ce concert, il nous invitait à son chalet dans la forêt au bord d'un lac à quelques dizaines de kilomètres de Rouyn.

Nous avec lui, excités comme des gamins devant un joueur de la LNH.

Il venait juste de recevoir un exemplaire de son plus récent album Kanasuta. Calmement, il offre de l'écouter.

Assis dans la cuisine, bière à la main, silencieux comme des moines, nous avions parcouru les quatorze pistes de l'enregistrement encore inédit.

Après la session d'écoute, Richard a fait un petit historique des alentours, du chalet construit par son père, des dangers qui guettaient la forêt boréale, de la pureté menacée des eaux, etc.

On sera toujours reconnaissants de cette disponibilité, de cette générosité.

Bref, ce que je retiens le plus de mon séjour de la semaine dernière, c'est cette chaleur humaine, simple et vraie des gens de là. L'Abitibi-Témiscamingue.

La SarreVendredi, nous présentions Un serpent sous les fleurs à la Maison de la Culture de La Sarre qui abrite, à la fois, une bibliothèque, le Théâtre de poche et le Centre d'Art Rotary où j'ai découvert l'exposition Habitat Chlorophylle de l'artiste Véronique Doucet.

Sa démarche profonde et touchante m'aventure.

J'ai reçu ton invitation, femme engagée! www.veroniquedoucet.com

Après notre concert, on allait fêter au Bistro La Maîtresse où Sébastien Lacombe et le groupe Tracteur Jack jouaient. Ouf! Dure veillée!





Photo: Yann Perreau

Une des oeuvres de l'exposition Habitat Chlorophylle de l'artiste abitibienne Véronique Doucet

Ville-Marie et définition du mot « rift »Nous terminions notre fantastique tournée de l'ouest du Québec au Théâtre du Rift de Ville-Marie, petit village au bord de la rivière des Outaouais que l'on appelle, en Ontario, the Ottawa's river. Le rift en question.

«En surface, un rift forme un fossé d'effondrement allongé, dont les dimensions peuvent atteindre quelques dizaines de kilomètres de large pour plusieurs centaines de kilomètres de long.

Cette dépression allongée, limitée par deux failles normales dites failles bordières, est le lieu d'une sédimentation le plus souvent lacustre et d'un volcanisme soutenu.

Les rifts représentent le stade initial de la rupture lithosphérique.»

La Nature parle d'elle-même : il existe bel et bien une séparation entre le Québec et le Canada. Il ne nous reste qu'à l'accepter et l'assumer.





Photo: Alexandre Lapointe

Pause pipi sur le bord du rift (rivière des Outaouais)... Une semaine de vanne en band, ça rend tellement plus intelligent.