(Québec) Berceau de l’Amérique française, le Vieux-Québec attire son lot de touristes, et pour cause. Or, trop peu de visiteurs prennent la peine de découvrir les trésors qui se trouvent au-delà des fortifications. Nous sommes allés à la rencontre des gens qui animent ces quartiers qui forment le véritable cœur de la Vieille Capitale. Cette semaine : Saint-Sauveur.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Ancien faubourg ouvrier, Saint-Sauveur vit à son propre rythme. Tricoté serré mais plus diversifié que jamais, le quartier affiche un dynamisme contagieux. Il suffit de s’aventurer sur le boulevard Saint-Vallier Ouest pour découvrir à quel point les gens d’ici ont « Saint-Sô » tatoué sur le cœur. Et combien ils sont accueillants.

Le Diner Saint-Sauveur

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

« On ne voulait pas se diriger vers la bistronomie, soutient Éric Lemay, chef du Diner, On voulait davantage un casse-croûte où presque tout est fait maison. »

Notre découverte du quartier commence en sens inverse. Il faut donc s’aventurer un peu plus loin rue Saint-Vallier Ouest pour se rendre au Diner, un peu au-delà du parc Durocher, où se tient tous les samedis d’été un populaire marché fermier. Le petit casse-croûte, étrangement coincé entre deux immeubles résidentiels avec sa façade asymétrique, est bondé en ce mercredi soir.

« La réponse du public ? Ça a été trop vite pour nous, tout s’est passé à une vitesse ahurissante, s’exclame Éric Lemay, chef propriétaire. Au départ, on a vu beaucoup de visages que l’on connaissait. Après quoi, c’était surtout des gens du coin, alors que maintenant, on peut parler d’une clientèle d’habitués, mais aussi de plus en plus de touristes. D’ailleurs, des clients américains nous disent que notre plat de poulet et gaufres et que notre macaroni au fromage sont les meilleurs qu’ils ont jamais mangés. C’est tout un compliment ! »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le menu du Diner reprend les classiques des casse-croûtes en ajoutant quelques incontournables revisités de la cuisine québécoise.

Le menu du Diner reprend les classiques des casse-croûtes en ajoutant quelques incontournables revisités de la cuisine québécoise — notre pâté chinois à la brisket effilochée, à la crème de maïs au foie gras et aux pommes de terre au fromage était franchement renversant. Tout est fait sur place avec des ingrédients frais et locaux, autant que faire se peut.

On veut être un resto pour le monde du quartier, les petites familles. Le cœur de Québec, c’est ici.

Éric Lemay, chef et copropriétaire du Diner Saint-Sauveur

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Éric Lemay et Nicolas Tremblay, deux des trois copropriétaires du Diner Saint-Sauveur. Avec leur associé Philippe Blouin, ils ouvrent ces jours-ci la Superette du Diner, épicerie fine où l’on trouve des plats prêts-à-manger et des bières de microbrasserie, entre autres produits. L’endroit abrite également une grande cuisine qui va permettre de décoincer celle du Diner. 

450, rue Saint-Vallier Ouest, Québec

> Consultez le site du Diner Saint-Sauveur : https://www.dinersaintsauveur.ca/&?lang=fr

Le Pied Bleu

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

D’abord et avant tout une charcuterie, Le Pied Bleu est devenu traiteur et ensuite resto à la manière d’un bouchon lyonnais.

De retour près de l’intersection du boulevard Charest, à quelques pas de l’intemporelle taverne Jos. Dion, on est accueilli au Pied Bleu comme si on entrait justement… dans une taverne ! Amis et employés sont assis au bar quand le copropriétaire Louis Bouchard-Trudeau nous souhaite la bienvenue. Coloré et bigarré, le charcutier est à l’image de son établissement et de son quartier.

Il s’est installé rue Saint-Vallier Ouest il y a 12 ans avec sa conjointe et associée, Thania Goyette. D’abord et avant tout une charcuterie, Le Pied Bleu est devenu traiteur et ensuite resto à la manière d’un bouchon lyonnais. « C’est encore un quartier en développement, mais il y a plus d’action qu’avant, nous explique-t-il. Les gens ont moins peur de venir ici qu’auparavant, mais certaines personnes de la grande région de Québec entretiennent encore des préjugés par rapport à Saint-Sauveur. »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Louis Bouchard-Trudeau et Thania Goyette, copropriétaires du Pied Bleu, sont aussi patrons du Renard et la Chouette, une buvette située un peu plus bas sur Saint-Vallier. Ils tiennent aussi des comptoirs de charcuterie aux Galeries de la Capitale, ainsi qu’au nouveau Grand Marché de Québec.

À travers un récit aussi loufoque que passionnant, Louis nous apprend comment son exceptionnel boudin lui a permis de rayonner au-delà du quartier — il a été décoré 13 fois aux séries mondiales du boudin, le bien nommé concours de la Confrérie du Goûte-Boudin de Mortagne-au-Perche, en France. « On est d’ailleurs devenu un commerce de destination, nous dit le chef. Des touristes qui débarquent à l’improviste, on en a le samedi maintenant. Et il y a plus de restos dans le coin, c’est parfait pour nous. »

Un resto, ça vieillit, c’est cyclique. Mais on est les seuls à offrir quelque chose qui suit la formule du bouchon lyonnais, c’est ce qui nous distingue.

Louis Bouchard-Trudeau, copropriétaire du Pied Bleu

179, rue Saint-Vallier Ouest, Québec

> Consultez le site du Pied Bleu : https://piedbleu.com/

Brasserie artisanale Griendel

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La brasserie Griendel a mis en place sa salle de brassage en 2018 notamment en profitant d’une campagne de sociofinancement à laquelle ont participé plusieurs clients du quartier.

Juste à côté, dans un local vaste et éclairé qui contraste, on s’attable avec Alexandre Gaumond devant une sélection de bières brassées sur place. « On est ouverts depuis octobre 2015, mais on brasse depuis avril 2018, nous explique le jeune entrepreneur.

“On existe d’ailleurs grâce à l’appui des gens du secteur qui ont versé plusieurs petites contributions au projet par l’entremise d’une campagne de sociofinancement. On a pu mesurer l’engouement des résidants du coin. Au fond, les microbrasseries jouent aujourd’hui le même rôle que les tavernes de quartier à l’époque. On voulait donc créer un bar local, on voulait créer des liens avec les gens du coin.”

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La brasserie Griendel offre 24 lignes de fûts, parmi lesquelles coulent les 40 produits brassés sur place qui sont offerts en rotation. Plusieurs bières de Griendel sont nommées en référence au quartier.

Comme bien d’autres restaurateurs qui se sont installés dans Saint-Sauveur, l’équipe du Griendel a été prise de court par son succès. “On n’était pas prêts pour ça, avoue Alexandre. Il a fallu pédaler et apprendre. L’achalandage était monstre, car la demande était là. On est arrivés au bon moment.”

Il a fallu élaborer un menu conséquent pour s’ajuster au fait que la clientèle voulait non seulement boire une bonne bière, mais aussi manger. Les 116 places de l’établissement sont ainsi toutes occupées les jeudis et vendredis, et de plus en plus les samedis — avec une présence désormais notable de touristes, nous apprend Alexandre Gaumond.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Alexandre Gaumond, copropriétaire de la Brasserie artisanale Griendel

Plus jeune, je traînais en basse-ville avec mes amis, mais je ne dépassais jamais le boulevard Langelier. Maintenant, on habite tous à 20 minutes de marche d’ici.

Alexandre Gaumond, copropriétaire de la brasserie artisanale Griendel

195, rue Saint-Vallier Ouest, Québec

> Consultez le site du Griendel : https://griendel.com/

Kraken Cru

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Si la clientèle du Kraken Cru provient de plus en plus de l’extérieur du quartier, son bar caché au sous-sol, ouvert du jeudi au samedi, est fréquenté essentiellement par des gens du coin, de même que par des travailleurs de la restauration.

Le minuscule restaurant s’articule autour d’un bar d’où l’on voit la modeste cuisine et son poêle électrique à ronds en serpentins. Le chef-proprio Olivier Thibault-Allard nous parle en retournant de temps en temps aux fourneaux pendant que son unique employée s’affaire au service.

“On offre des huîtres à l’année et des plats à partager, une formule pas très courante à Québec quand on a ouvert il y a six ans, nous explique le jeune chef. La formule a très peu changé, la bouffe un peu, mais la direction reste la même : c’est du poisson et des légumes. Toutefois, le cru ne fonctionnait pas tant que ça, alors on fignole davantage nos protéines.”

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le Kraken Cru, qui ne compte que 18 places, s’articule autour du bar. 

C’est à l’occasion d’un voyage sur la côte est américaine qu’est venue l’idée d’ouvrir le Kraken Cru. “On trouvait bien cool les petits restos de fruits de mer où les gens faisaient la file, raconte Olivier. On a repris le concept ici, c’est petit et les prix sont compétitifs.”

Au départ, la clientèle était locale à 90 %, une proportion aujourd’hui réduite à 15 %. Ce qui ne change absolument pas l’attachement d’Olivier Thibault-Allard pour son quartier : “J’aime le voisinage, j’entretiens de bonnes relations avec les commerçants du coin. Alex du Griendel et Louis du Pied Bleu sont même devenus de bons amis, on se fait des soupers ensemble.”

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Olivier Thibault-Allard, chef-proprio du Kraken Cru

Les touristes n’ont plus peur de venir ici, ils marchent du Vieux pour venir jusqu’à nous. Cet été, il y a des moments où j’ai parlé en anglais toute la soirée !

Olivier Thibault-Allard, chef-proprio du Kraken Cru

190, rue Saint-Vallier Ouest, Québec

Consultez le site du Kraken Cru : https://www.facebook.com/Kraken-Cru-841559542595409

Chez Tao !

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Chez Tao ! fait partie des 50 meilleurs bars au pays, selon Canada’s 100 Best.

Le bar n’a pas encore deux ans qu’il s’est déjà trouvé une place au sein du palmarès des 50 meilleurs bars au pays en 2019, selon Canada’s 100 Best. Mais on n’y va pas seulement pour goûter l’un des 40 cocktails imaginés par le magicien mixologue Vincent Thuaud, ni même pour ses 50 rhums de spécialité — l’une des plus belles sélections à Québec.

Chez Tao ! s’illustre aussi par son menu qui s’inspire de la cuisine de rue vietnamienne et thaïlandaise, ce qui lui permet d’accueillir une clientèle pour le moins diversifiée. “On a des gens plus âgés qui viennent nous voir en début de soirée alors que c’est de plus en plus jeune à mesure que la soirée avance et que l’ambiance devient davantage celle d’un bar, soutient Francis Bernard, copropriétaire. En début de semaine, on voit aussi beaucoup de travailleurs de la restauration.”

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le mixologue et copropriétaire Vincent Thuaud a imaginé une quarantaine de cocktails originaux à partir de ses propres sirops et bitters, notamment concoctés en récupérant le zest des agrumes utilisés dans les cocktails.

Les touristes ont aussi commencé à découvrir Chez Tao !, notamment à travers le Parcours épicurien, un circuit guidé qui permet aux gens de découvrir quelques belles adresses de plusieurs quartiers à Québec et à Montréal.

C’est comme une petite famille dans Saint-Sauveur, et la communauté d’entrepreneurs se tient serré. Pour ma part, je suis vraiment content de pouvoir redonner au quartier.

Francis Bernard, copropriétaire de Chez Tao !

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Francis Bernard, copropriétaire de Chez Tao !

104, rue Saint-Vallier Ouest, Québec

Consultez le site de Chez Tao ! : http://cheztao.ca/