Un an et 30 millions de dollars plus tard, c’est dans un espace complètement repensé, transformé, et agrandi que Le Germain Montréal accueillera de nouveau ses visiteurs, lundi. Inspirée du bâtiment construit en 1967, la nouvelle signature visuelle de l’endroit vous donnera tout, sauf le blues de la métropole !

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

« La ligne visuelle va être très forte, c’est typique de l’hôtel-boutique d’inspirer la décoration du milieu dans lequel il se trouve. Ici, nous sommes partis de l’année de construction de la bâtisse », explique Jacques-Alexandre Paquet, directeur général de l’hôtel Le Germain Montréal, au moment de dévoiler une partie des nouveaux espaces à La Presse.

Les textures sont omniprésentes : des boiseries aux formes arrondies, une tapisserie ondulée, des tapis de laine sur planchers de bois, des fauteuils de velours ou encore des chaises de plastique. Le tout, inspiré des années 60 et 70, riches en rondeurs dans le design d’intérieur.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les murs de chaque salle de bains sont recouverts d’une tapisserie unique réunissant de véritables archives des années 60 et 70 qui charmeront certainement les plus nostalgiques et retiendront l’attention des plus curieux.

« Regardez cette chaise », montre M. Paquet en déballant une chaise noire Vitra, faite d’un unique morceau de plastique moulé arrondi. « Cette chaise fantôme démontre bien le style qu’on voulait donner avec les courbes, le plastique des années 70, mais avec un look actualisé. »

Cette chaise se trouvera dans le foyer central des nouvelles salles de réunion. Jadis doté d’une seule salle de 475 pi2, l’hôtel aura dorénavant trois espaces consacrés aux réunions et événements au troisième étage, dont un lounge créatif plus ludique, où il est possible d’écrire sur les murs.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Oubliez la palette de brun-jaune-orangé typique des années 70, en revanche. Les couleurs sont actuelles : une chaise de velours bleu sarcelle dans une chambre, un tabouret jaune moutarde dans l’autre, un peu de rouge dans la tapisserie de la salle de bains, sans oublier les magnifiques chaises bulles.

Le Germain ajoute également un bar dans le hall, le Flâneur, où les bulles, les huîtres et les cafés spécialisés seront à l’honneur.

Il reprend aussi possession de l’espace de l’ancien restaurant le Laurie Raphaël. Rebaptisé Le Boulevardier, il pourra accueillir deux fois plus de clients et proposera un menu de style brasserie parisienne.

Quatre étages de nouvelles chambres

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Quelques chambres seront équipées d’un lit rond. Le Germain de Toronto possède trois chambres avec un tel lit et la réaction des clients est très positive. « Les gens l’aiment à Toronto et on se disait que ça se prêtait parfaitement bien à notre thématique », a dit M. Paquet

Grâce aux étages ajoutés en hauteur, l’hôtel passe de 101 chambres à 136 chambres, désormais classées en neuf catégories plutôt que trois. Chaque étage en compte plus ou moins huit, pour une ambiance plus intimiste, et chaque chambre comporte ses différences et particularités.

« C’est quelque chose qu’on a toujours aimé, faire visiter les chambres à nos clients et noter leur préférence dans leur profil. Notre job, c’est de faire tout notre possible pour qu’ils se sentent bien et comme chez eux », dit le directeur général, qui travaille au sein de l’entreprise depuis 11 ans. Il explique, par exemple, que le personnel demande au client de quel côté du lit il dort, ainsi, lors du service de couverture — préparation de la chambre pour la nuit — les draps peuvent être ouverts du bon côté.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

L’hôtel Le Germain Montréal fête ses 20 ans. Construit en 1999, c’était le premier hôtel du Groupe Germain hors de la ville de Québec. « C’est vraiment très excitant. On le voit sur papier depuis des mois et là, ça se concrétise enfin. J’ai réellement hâte d’accueillir les gens ici et de voir les lieux habités ! » témoigne Jacques-Alexandre Paquet, directeur général de l’établissement.

Une autre offre non négligeable pourrait charmer les voyageurs, gens d’affaires et autres clients aux horaires hors normes : ceux qui réservent directement auprès de l’hôtel peuvent bénéficier d’heures d’arrivée et de départ personnalisées, sans frais supplémentaires.

« C’est une gestion très différente, mais l’effet wow est très apprécié. Donc, un client qui sort d’une réunion à 17 h et qui a un vol seulement à 21 h peut revenir à sa chambre, prendre une douche, envoyer des courriels et partir ensuite, sans avoir à payer une nuit supplémentaire. »

Dès lundi, l’hôtel du Groupe Germain ouvre ses (nouvelles) portes à une quarantaine d’invités. Les autres chambres seront graduellement louées au fil des semaines pour une ouverture complète à la fin de l’année. Le nouveau restaurant, lui, sera fonctionnel vers la mi-octobre.

Le tarif de réouverture est à partir de 167 $ (plutôt que 325 $) la nuit.

Consultez le site de l’hôtel : https://www.legermainhotels.com/fr/montreal/