À moins d’une heure trente de voiture de Calgary, Kananaskis constitue la porte d’entrée des Rocheuses. La région est idéale pour ceux qui n’ont pas le temps de s’enfoncer au cœur de cette mythique chaîne de montagnes. Kananaskis compte des dizaines de sentiers de randonnée pédestre pour tous les types de randonneurs. Nous en avons testé trois pour vous.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Centennial Ridge : une récompense à la hauteur des (gros) efforts.

Type de randonnée : randonnée difficile

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Enfin un peu de repos au sommet du mont Allan, sur le sentier Centennial Ridge, 
à Kananaskis.

Le pré est joyeusement champêtre, il déborde de fleurs sauvages. Seul ennui, il est en pente. Sérieusement en pente. C’est la grande caractéristique du sentier Centennial Ridge : sa verticalité. Entre le point de départ, au stationnement de Ribbon Creek, et le sommet du mont Allan, à 2819 m d’altitude, le sentier grimpe de 1340 m en un peu moins de 8 km. C’est le plus haut sentier de randonnée aménagé au Canada.

Créé en l’honneur du centenaire du Canada, en 1967, le sentier est rapidement devenu l’un des favoris des randonneurs en raison de la diversité des habitats traversés et des vues extraordinaires qu’il propose.

Le sentier démarre mollo dans un boisé de conifères. Il grimpe peu à peu pour devenir vraiment raide dans le joli pré fleuri. Heureusement, le randonneur hors d’haleine peut admirer les montagnes qui se dévoilent maintenant, comme le mont Peter Lougheed, à 3105 m d’altitude, ou l’étrange mont Sparrowhawk, qui semble avoir été raboté par un géant.

Bientôt, le randonneur s’engage le long d’une crête, suivant de grands piliers de roc qui s’élancent dans le ciel. Le sommet du mont Allan se dresse maintenant tout doit devant, une pyramide de couleur rouille qui demande un dernier effort. Qui vaut la peine : du sommet, on peut admirer la muraille de pierre qui flanque le mont Peter Lougheed, et plus loin, tout en bas, la petite ville touristique de Canmore, dans la vallée de la rivière Bow. Il est d’ailleurs possible de poursuivre son chemin sur le sentier Centennial Ridge jusqu’à cette vallée, mais il faut prévoir deux voitures, une à chaque extrémité du sentier, pour effectuer cette traversée.

Attention, le sentier Centennial Ridge est fermé du 1er avril au 21 juin : les mamans mouflons mettent bas et ont bien besoin de tranquillité pour prendre soin de leur petit. En été, les petites familles de mouflons se déplacent à plus haute altitude, laissant le coin aux visiteurs.

Prairie View : à l’affût des incendies de forêt

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Le sentier Prairie View est très facile au début. Il se corse par la suite.

Type de randonnée : randonnée modérée

D’un côté, les premiers sommets des Rocheuses montent la garde. De l’autre, les Prairies se profilent à l’horizon. À 2016 m d’altitude, Shelley Pearson vit avec cette vue jour après jour.

Tandis qu’elle échange quelques mots avec la randonneuse, elle ne cesse d’observer l’horizon. Subitement, elle s’exclame : « Un feu ! » Elle passe à l’action. Le feu est loin, hors de son territoire, mais elle communique quand même avec son superviseur pour le signaler.

Shelley Pearson a pour tâche de détecter les incendies de forêt. La technologie a ses avantages, mais pour le gouvernement albertain, les guetteurs humains sont encore ce qu’il y a de plus efficace et de moins cher pour la détection des incendies de forêt.

On peut aller faire un tour sur le petit domaine de Shelley (tant qu’on ne pénètre pas dans sa maison : un chien de garde veille sur la gardienne des forêts).

Le sentier qui mène au poste de guet, Prairie View, est très populaire auprès des randonneurs. Partant du terrain de pique-nique de Barrier Dam, il monte tranquillement dans la montagne. Très large, il accueille aussi les vélos de montagne. Après près de 5 km, et un très raisonnable 420 m de dénivelé, il mène à un très beau point de vue d’où l’on peut admirer une grande partie de la vallée de la rivière Kananaskis. Et le début des Prairies. Le sentier qui grimpe jusqu’au repaire de Shelley est plus abrupt, mais ce petit ajout de 700 mètres vaut la peine.

On peut revenir au point de départ par le même chemin ou faire une boucle par le sentier Jewell Pass, plutôt joli, qui suit un ruisseau et permet d’admirer une petite cascade en chemin.

La boucle fait passer la randonnée de 10 à 14 km, et les derniers kilomètres se font sur un chemin très large, sans ombre. Seul avantage, il suit la berge du lac Barrier, ce qui garantit un très beau panorama et ouvre la porte à une petite baignade revigorante.

Troll Falls : randonnée familiale, maman et ourson compris

PHOTO MARIE TISON, LA PRESSE

Le sentier Troll Falls est particulièrement populaire auprès des familles en raison de sa faible distance et de son faible dénivelé.

Type de randonnée : randonnée facile

Les randonneurs hésitent un peu. À l’entrée du sentier, on a posé une petite affiche : « Ours dans le secteur ». La mère de famille ne veut pas prendre de risque, un de ses ados veut y aller. « Ben voyons, l’ours ne veut que se nourrir de baies, il ne portera pas attention à nous. »

Le sentier de Troll Falls est très attirant et très populaire. Facile (il n’a presque pas de dénivelé), pas très long (1,7 km pour l’aller), il mène à une très jolie cascade. De toute évidence, les familles d’ours l’apprécient aussi.

Des randonneurs qui reviennent avertissent les nouveaux arrivants : quelqu’un a vu un ourson sur le bord du sentier dans l’après-midi. Mais avec tous ces randonneurs aux alentours, il est probablement parti à la recherche d’un coin plus tranquille. Effectivement, il n’y a pas d’ours à l’horizon en cette fin d’après-midi, il n’y a que de petites familles d’humains.

La cascade au bout du sentier tient sa promesse : elle fait quelques dizaines de mètres de haut. Un randonneur téméraire grimpe un peu et passe derrière le rideau d’eau pour avoir une photo héroïque de lui-même. Mauvaise idée. En repassant derrière la cascade, il glisse sur le sol mouillé et dégringole jusqu’en bas, dans l’eau. Par miracle, il n’a rien de cassé. Sa mésaventure n’empêche pas un autre randonneur peu futé de monter à son tour pour se payer lui aussi un beau moment Instagram.

Il est possible de suivre un sentier plus escarpé pour aller voir d’autres cascades en amont. Elles sont effectivement pittoresques, mais moins spectaculaires que la première.

Les randonneurs qui s’y connaissent reviennent par un sentier différent, Hay Meadow, pour faire une boucle. Le sentier n’est pas long et permet de longer un moment la rivière Kananaskis, ce qui offre une jolie vue sur les montagnes avant un retour au point de départ, le stationnement de Stoney.

Quelques repères

Les agents des centres d’information du gouvernement albertain se font un plaisir de recommander des randonnées appropriées. Le centre d’information près du lac Barrier est particulièrement bien situé, à l’entrée de la vallée de Kananaskis.

Consultez le site de Kananaskis (en anglais) : https://www.albertaparks.ca/parks/kananaskis/kananaskis-country/

Pour un brin de luxe, le Pomeroy Kananaskis Mountain Lodge, à Kananaskis Village, est situé à cinq minutes de voiture du début des sentiers de Centennial Ridge et de Troll Falls, et à moins de 15 minutes du sentier de Prairie View.

Consultez le site de Pomeroy Kananaskis Mountain Lodge (en anglais) : https://lodgeatkananaskis.com/

Pour encore plus de luxe, le Kananaskis Nordic Spa est aussi situé à Kananaskis Village.

Consultez le site du spa (en anglais) : https://knordicspa.com/

Les frais de ce voyage ont été payés par Travel Alberta et ses partenaires, qui n’ont exercé aucun droit de regard sur le contenu du reportage.