Au piémont des Rocheuses, la route provinciale 22 s’étire sur plus de 600 km entre les ranchs, les élevages, les pâturages. Les habitants l’appellent la Cowboy Trail. Nous en avons exploré un petit tronçon, au sud de Calgary. Sortez vos chapeaux et suivez les panneaux…

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Ranch-Bar U

Toute sa vie, Ross Fritz a été un cowboy. Il a usé ses bottes dans les plus importants ranchs du pays, mais aujourd’hui âgé de plus de 75 ans, il ne s’éreinte plus à l’élevage du bétail. Il transmet plutôt son savoir à titre de guide-interprète au lieu historique national du Ranch-Bar U. Le quoi ? Le Bar U, ou le U souligné si vous préférez, qui correspondait jadis à la marque laissée au fer rouge sur le flanc du bétail de ce ranch de Longview.

Bien installé dans une carriole, derrière deux percherons noirs à la croupe imposante, Ross Fritz raconte les années dorées de ce ranch de renom, établi en 1880. Ici sont passées quelques célébrités, dont un certain Harry Longabaugh, dont la tête a été plus tard mise à prix sous le nom de Sundance Kid. Ou encore John Ware, un Afro-Américain né esclave, qui avait travaillé dans un ranch du Montana avant de monter plus au nord. « C’était un bon cowboy », lance Ross Fritz en touchant les larges bords de son chapeau.

En activité jusqu’en 1968, le ranch de 367 acres a été racheté par Parcs Canada à la fin des années 80 pour en faire un lieu historique commémorant l’importance de l’élevage du bétail au pays. Les 30 bâtiments qui le composent servent de lieu d’interprétation, mais certains abritent encore des bêtes. Des chevaux, des vaches, des poules… L’élevage se poursuit, à plus petite échelle.

On laissera toutefois aux vrais cowboys le soin de diriger le troupeau ; les exercices de lancer du lasso nous prouvent rapidement toute notre incompétence. On a beau s’exercer encore et encore, on peine à passer la large boucle autour du cou de deux veaux de bois parfaitement immobiles. Preuve que le chapeau et les bottes ne font pas le cowboy…

Consultez la page du Ranch-Bar U : https://www.pc.gc.ca/fr/lhn-nhs/ab/baru

Longview

PHOTO FOURNIE PAR TRAVEL ALBERTA

Situé le long de la Cowboy Trail, le Longview Jerky Shop offre plusieurs variétés de viandes séchées.

Dans ce village de quelque 300 âmes, c’est notamment par l’estomac qu’on satisfait les apprentis cowboys. En effet, on y trouve une boutique de jerky — Longview Jerky Shop — où l’on propose près de 40 variétés de viandes séchées, apprêtées avec du bœuf, du bison, de l’élan ou encore de la dinde. Certains parfums sont étonnants : gingembre mandarine, cornichons à l’aneth, chili doux… Une façon de perpétuer le riche héritage autochtone dans la région.

Le village compte aussi une grilladerie très réputée, installée dans un bâtiment aux dehors modestes, planté au milieu de nulle part. Il ne faut pas se fier aux apparences ; il faut parfois s’y prendre deux mois d’avance pour pouvoir réserver une table au Longview Steak House. On n’a pas pu tester l’endroit (faute de place), mais certains en parlent comme du meilleur restaurant de steak de l’Alberta, ce qui n’est pas peu dire. Bien des Calgariens parcourent sans rechigner les quelque 80 km qui les séparent d’une des pièces de viande vieillie servies ici…

Consultez le site du Longview Jerky Shop (en anglais) : https://www.longviewjerkyshop.com/onlineshop

Consultez la page Facebook du Longview Steak House (en anglais) : https://www.facebook.com/pages/Longview-Steak-House/200111440016113

Black Diamond

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE BERTIE’S

Le magasin général Bertie’s, à Black Diamond, tient à la fois de la friperie et du cabinet d’apothicaire. Isis Velkova, à droite, y vend plusieurs produits fabriqués à base de plantes des environs.

Dans ce village, l’ancien héritage des cowboys croise la nouvelle culture bobo pour faire essaimer galeries d’art, petites boutiques sympathiques, ateliers d’artisans et cafés branchés. Dans la rue principale, les façades de bois colorées donnent d’ailleurs à Black Diamond un pimpant style western.

Coup de cœur pour le magasin général Bertie’s, à mi-chemin entre la friperie, la boutique d’antiquités et le cabinet d’apothicaire. Car on peut trouver ici des pommades, des tisanes, des huiles fabriquées par l’une des propriétaires, Isis Velkova, à partir des plantes qu’elle a cueillies à la main dans son potager ou sur les montagnes des environs. Elle propose même une pommade pour les fesses endolories des cowboys, concoctée à partir d’une recette familiale !

Consultez la page Facebook de Bertie’s (en anglais) : https://www.facebook.com/BertiesStore

Distillerie Eau Claire

PHOTO FOURNIE PAR EAU CLAIRE DISTILLERY

La distillerie Eau Claire, à Turner Valley, propose plusieurs spiritueux préparés à partir d’ingrédients locaux.

« S’il y a un endroit au monde où l’on devrait faire du single malt whisky, c’est bien en Alberta. On trouve ici la meilleure orge du monde ; on l’expédie jusqu’en Écosse, c’est dire. »

Depuis longtemps, David Farran rêve d’un single malt whisky qui prendrait ses racines dans le terroir albertain… Aucune distillerie de la province ne s’est lancée dans pareille aventure, mais lui y croit.

En 2013, il a acquis un ancien cinéma de Turner Valley et y a installé un distillateur hypermoderne. Comme il faut du temps pour faire vieillir le whisky, il se lance dans la fabrication de vodka et de gin, dont le dernier vaut à la distillerie Eau Claire une flopée de prix sur la scène internationale.

Mais la passion de la maison reste le single malt whisky. Le président de la distillerie pousse même l’audace jusqu’à récolter, une fois par année, une certaine quantité d’orge à la manière ancestrale avec de la machinerie des années 20 tirée par des chevaux. C’est ce que David Farran appelle une expérience du champ au verre… L’orge ainsi récoltée est utilisée pour des cuvées spéciales de whisky.

Sept jours sur sept pendant l’été, il est possible de visiter la distillerie et de découvrir les produits.

Consultez le site de la distillerie Eau Claire (en anglais) : https://eauclairedistillery.ca/

Repères

PHOTO FOURNIE PAR TRAVEL ALBERTA

Situé le long de la Cowboy Trail, le Longview Jerky Shop offre plusieurs variétés de viandes séchées.

La Cowboy Trail s’étend sur plus de 600 km, de Cardston, au sud, à Mayerthorpe, au nord. Elle suit grosso modo l’itinéraire de la route provinciale 22. Le meilleur moment pour la visiter est entre la mi-mai et la fin de septembre. La majorité des sites sont alors ouverts, notamment le Ranch-Bar U.

Consultez le site de la Cowboy Trail (en anglais) : https://www.thecowboytrail.com/

Les frais de ce voyage ont été payés par Destination Canada, qui n’a exercé aucun droit de regard sur le contenu de ce reportage.