Pour bien des Québécois, la planche à pagaie est devenue une passion. Les couchers de soleil en sont une autre. Pourquoi ne pas conjuguer les deux ? Ça tombe bien, plusieurs endroits proposent justement ce mélange, avec de belles activités au crépuscule ou à la nuit tombée. Nous en avons essayé une, et nous vous présentons également quelques suggestions.

Publié le 20 juin
Texte : Sophie Ouimet
Texte : Sophie Ouimet La Presse

Dans le labyrinthe de Wakefield

  • Le labyrinthe d’eau, vu des airs

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le labyrinthe d’eau, vu des airs

  • Le labyrinthe d’eau, vu des airs

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le labyrinthe d’eau, vu des airs

  • Le labyrinthe d’eau, vu des airs

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le labyrinthe d’eau, vu des airs

1/3
  •  
  •  
  •  

La température était maussade quand nous avons quitté Montréal, mais à Wakefield, rien n’y paraît : le soleil brille et on a même gagné quelques degrés. Tout baigne dans cette jolie couleur dorée qu’on retrouve en fin de journée. Et c’est tant mieux, parce qu’on se prépare à conquérir le labyrinthe d’eau du parc nature Éco-Odyssée, pour admirer le coucher du soleil en planche à pagaie.

L’immense dédale aquatique, qui s’étale sur 6 km et compte 64 intersections, peut se parcourir de plusieurs façons : pédalo, canot, patinage l’hiver et même SUP (pour stand up paddle board). C’est cette dernière activité qui nous intéresse aujourd’hui, ou plutôt ce soir. Car l’entreprise familiale ouvre maintenant son labyrinthe en soirée, pour admirer le coucher du soleil, et même voguer sur l’eau au clair de lune. Ce qui permet d’explorer le marais avec l’aide de tous les sens, et non juste la vue.

Effectivement, pendant qu’on pagaie au crépuscule, on entendra une symphonie de sons (entre deux piqûres de moustique). La citadine que nous sommes a dû demander à Amélie Rocheleau-Leclair, copropriétaire des lieux et directrice des communications, à quelles espèces appartenaient ces chants et coassements. Toute une faune cohabite dans le marais, comme des oiseaux — dont le carouge à épaulettes — ou encore des petits amphibiens — comme la rainette crucifère.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Naviguer en SUP dans un marais peut comporter quelques défis.

Ces sons se mêlent au clapotement des vagues, que nous créons doucement avec notre pagaie en nous frayant un passage dans les chemins sinueux. Le tout procure un sentiment relaxant qui permet également d’oublier la complexité du pilotage et la peur de tomber à l’eau. Il y a tout de même une différence entre pagayer en SUP sur une grande étendue d’eau comme un lac et le faire dans un marais exigu aux tournants serrés. On apprendra à gouverner en même temps !

Faire le tour du labyrinthe au complet pourrait prendre trois heures, évalue Amélie Rocheleau-Leclair. Mais pour faciliter la tâche aux plaisanciers, le parc nature offre un parcours qui en prend environ la moitié, ce qui s’avère bien suffisant pour la majorité des gens.

Si l’on sort du labyrinthe sans se perdre — ce qui est parfaitement faisable ! —, on trouve également une multitude de choses à faire sur les lieux. Un petit food truck propose s’mores, guimauves et pizzas, et on peut assister à un spectacle immersif présenté à la noirceur totale, sur la paroi rocheuse. Les plus aventuriers peuvent également dormir sur place, dans l’un des refuges ou chalets que compte le site.

Pendant l’été, le labyrinthe est ouvert tous les jours, mais uniquement les vendredis et samedis en soirée. Ce sont également les deux soirs où est présenté le spectacle, un conte familial. C’est la 15année que le parc existe, mais seulement la deuxième où les lieux sont ouverts le soir, histoire d’attirer une autre clientèle.

Consultez le site du parc nature Éco-Odyssée

À faire sur une planche, quand le soleil se couche

PHOTO MIKE HITELMAN, FOURNIE PAR KSF

KSF propose de découvrir Montréal en voguant sur son fleuve et en passant sous ses ponts.

Voici d’autres endroits, à Montréal et dans les environs, où l’on peut pratiquer le surf à pagaie au clair de lune. La plupart du temps, on recommande d’avoir déjà fait un cours d’initiation au SUP avant de se lancer dans ce type d’activité. En voici une petite liste (non exhaustive !).

 KSF : le fleuve, la nuit

À Montréal, KSF propose une balade de 12 km sur le fleuve. Cette excursion est offerte le jour, mais aussi et surtout au coucher du soleil, pour admirer toutes les couleurs du ciel en pagayant. Sur le fleuve, le trajet va de Dorval jusqu’à LaSalle, en passant sous le pont Mercier, et même devant la vague à Guy. Quand le temps est clément, les planches à pagaie s’aventurent même jusqu’à Kahnawake. Pour pagayeurs avertis, puisqu’il y a pas mal de courant.

Âge minimum de 14 ans

Consultez le site de KSF

Le SUP SHOP : méditer à la pleine lune

PHOTO MATHIEU GALLANT, FOURNIE PAR SUP SHOP

Au SUP SHOP, on peut pratiquer le yoga sur planche à ses deux localisations de la Rive-Sud.

Sur la Rive-Sud, le SUP SHOP offre des méditations à la pleine lune tous les mois jusqu’en octobre, sur planche à pagaie. Il est aussi possible de suivre un cours de SUP yoga au coucher du soleil à l’une ou l’autre de ses localisations. Plusieurs cours sont déjà complets, mais certains sont encore ouverts ! Par exemple, à Châteauguay, on peut s’inscrire à des séances de yin et yang (postures plus actives d’abord, puis plus calmes). Tandis qu’au RécréoParc de Sainte-Catherine, on propose un entraînement complet pour travailler l’équilibre.

Consultez le site du SUP SHOP

Écho Aloha : les lacs des Laurentides

  • Le SUP au coucher du soleil ? Il n’y a rien là pour l’école Écho Aloha, qui le pratique depuis longtemps.

    PHOTO FOURNIE PAR ÉCHO ALOHA

    Le SUP au coucher du soleil ? Il n’y a rien là pour l’école Écho Aloha, qui le pratique depuis longtemps.

  • Écho Aloha propose ses activités à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et à Lac-des-Seize-Îles.

    PHOTO FOURNIE PAR ÉCHO ALOHA

    Écho Aloha propose ses activités à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et à Lac-des-Seize-Îles.

1/2
  •  
  •  

Dans les Laurentides, Écho Aloha propose toutes sortes d’activités sur l’eau à la nuit tombée. Pendant les perséides, au mois d’août, on peut s’offrir une sortie de nuit sous les étoiles filantes. Pas envie d’attendre jusque-là ? Il y a aussi du paddle sous la pleine lune à la mi-juillet, ou même une soirée sur planche à l’occasion des feux d’artifice de la Saint-Jean-Baptiste. Ces activités ont lieu dans l’un ou l’autre de ses sites, soit celui de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson ou bien celui de Lac-des-Seize-Îles.

Consultez le site d’Écho Aloha