Le sud du Québec a connu depuis le début de janvier sa part de journées glaciales, compliquant un peu plus l’expérience des amateurs de ski, qui doivent encore cette année mettre leurs bottes et manger leur lunch dans la voiture, en réponse aux mesures sanitaires en vigueur. Mais il est néanmoins possible de profiter à plein de sa prochaine sortie de ski. Conseils.

Publié le 24 janvier
Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

Bon nombre de stations de ski ont enregistré un achalandage record le dimanche 9 janvier, les amateurs de glisse ayant choisi de profiter du temps clément pour se diriger tous en même temps sur les pentes. Pendant la pointe d’après-midi, il fallait attendre de très longues minutes avant de monter dans les télésièges. « Il y a eu une conjugaison de plein de choses ce jour-là, nous explique Évelyne Déry, conseillère marketing et communications à Bromont, montagne d’expériences. Il avait fait très froid la veille, et comme il faisait super beau et que tous les commerces étaient fermés le dimanche, les gens ont eu le goût de venir skier. »

Du côté des Laurentides, on a aussi connu un achalandage semblable, avec des files d’attente considérables aux remonte-pentes. « Dans une année typique, on va frapper 10 journées où tous les astres s’alignent, et on a frappé notre première journée du genre le dimanche 9 janvier », reconnaît Christian Dufour, directeur marketing pour Les Sommets, qui regroupe les stations Saint-Sauveur, Gabriel, Olympia, Morin-Heights et Edelweiss.

Il faut donc bien planifier nos sorties d’avance pour éviter les heures de pointe. À 15 h, quand le ski de soirée commence, c’est le moment le plus achalandé. Mieux vaut arriver tôt, mais on peut aussi en profiter pour skier pendant la période du lunch.

Christian Dufour, directeur marketing pour Les Sommets

Comme l’an dernier, le mot d’ordre cette année est aussi d’acheter ses billets d’avance, car la majorité des stations offrent un nombre restreint de billets journaliers — et on nous confirme que bon nombre de personnes arrivent encore sans billet alors que la station affiche complet. À quoi s’ajoute cette année l’obligation de montrer son passeport sanitaire. « Les gens doivent s’attendre à attendre un peu plus longtemps », prévient Marc-André Meunier, directeur ventes et marketing à Bromont, montagne d’expériences.

Le temps de validation du passeport vaccinal est plus long, et plusieurs clients qui en sont à leur première expérience ont plus de questions à poser par rapport aux mesures sanitaires. Mais si les gens achètent comme il se doit leurs billets d’avance et arrivent 30 minutes avant le début de la plage horaire choisie, ils vont se faciliter la vie.

Marc-André Meunier, directeur ventes et marketing à Bromont, montagne d’expériences

Braver le froid

Toutefois, tous les intervenants s’entendent pour dire qu’il ne faut pas avoir peur de braver le froid, car c’est là que l’on peut connaître les plus belles journées de ski. « Il faut regarder les vents, conseille Marc-André Meunier. Le samedi 8 janvier, il faisait plein soleil, les vents étaient faibles, c’était vraiment une belle journée d’hiver. Il faut aussi se dire que quand le temps d’attente est très faible, on skie beaucoup. Aussi, on offre un service de restauration, on peut manger à l’extérieur dans une zone extérieure chauffée avec des installations convenables pour une cinquantaine de personnes. »

« Je recommande vraiment aux gens d’expérimenter des journées comme celle du 8 janvier, suggère également Christian Dufour. Il y a moyen de s’habiller chaudement, on met des chauffe-bottes et des chauffe-mitaines, mais il est aussi permis d’entrer pour se réchauffer et se ressourcer rapidement. »

Aussi, bien qu’on essaie de chronométrer les 15 minutes autorisées dans les chalets, si quelqu’un a encore froid, on ne va pas le harceler et le jeter dehors. Ce que l’on veut, c’est éviter le flânage. Les mesures en place sont là dans le but qu’il y ait suffisamment d’espace, en respect des règles de distanciation physique.

Christian Dufour, directeur marketing pour Les Sommets

Avec la neige naturelle qui reprend graduellement sa place à la surface des pentes, déjà généreusement recouvertes grâce aux canons à neige artificielle, les plus belles journées sont encore à venir, il ne faudrait surtout pas bouder son plaisir !