C’est une belle aventure : une descente de la rivière Restigouche en canot-camping, des ateliers sur la survie en forêt, l’apprentissage des nœuds, l’observation des étoiles, le tout en famille. Et pour les parents, épuisés après des semaines à faire l’école à la maison tout en essayant de faire du télétravail, la tranquillité d’esprit : un guide professionnel s’occupe de tout.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

Un peu par hasard, l’agence Karavaniers, spécialisée dans les grands voyages d’aventure à l’étranger, a découvert que ce type de voyage répondait à un immense besoin. Elle a donc décidé de monter rapidement une série de voyages pour les petites familles aventureuses.

Déjà, Karavaniers avait mis de côté ses expéditions internationales pour offrir à sa clientèle régulière une série de voyages d’aventure au Québec. Or, un des premiers appels reçus par l’agence provenait d’un couple avec quatre enfants. Ils avaient l’habitude de partir en voyage, ce qui n’était plus possible. En outre, les parents se doutaient que les camps de vacances n’ouvriraient pas pour l’été.

« Ils m’ont dit qu’il fallait qu’ils fassent quelque chose cet été, quelque chose d’actif, raconte le fondateur de Karavaniers, Richard Rémy, qui avait pris leur appel. Ça a été hyper facile à organiser. Et c’est là que je me suis dit qu’on risquait d’avoir pas mal de familles cette année. »

L’équipe de Karavaniers s’est donc penchée sur les voyages qu’elle venait de créer pour sa clientèle régulière et a regardé ce qu’elle pouvait adapter pour les enfants de divers groupes d’âge. Ses partenaires dans les régions ont mis la main à la pâte, les guides sont arrivés avec plein d’idées.

« Beaucoup de monde dans le plein air ont commencé leur carrière dans des camps de vacances, constate M. Rémy. C’est venu très spontanément : on va montrer aux enfants à construire un abri, comment pêcher un poisson, l’arranger et le manger. Je me rappelle avoir fait ça à 7-8 ans avec mon grand-père. Le poisson était bien meilleur !  »

Des télescopes robustes, achetés pour le grand voyage au Maroc que Karavaniers avait organisé pour ses 20 ans, seront de la partie pour les petits astronomes en herbe.

Formule « tout déjà décidé »

L’agence s’est demandé si elle ne proposerait pas des voyages « en liberté » : ceux-ci ne sont pas guidés, mais les hébergements sont réservés et des activités sont proposées ici et là.

L’équipe a toutefois imaginé la petite famille qui, arrivée à destination, se lance dans des discussions sans fin : l’aîné veut faire du vélo, le deuxième insiste plutôt pour la tyrolienne, le petit dernier ne jure que par la baignade…

Après les quelques mois qu’ils viennent de passer, je pense que cet été, les parents vont être contents en tabarnouche de ne rien avoir à décider.

Richard Rémy, fondateur de Karavaniers

L’agence a donc décidé d’y aller avec des voyages de groupe guidés, ce qui permet aux parents d’offrir à leurs enfants des expériences qu’ils pourraient difficilement organiser eux-mêmes, notamment parce qu’ils n’ont pas les connaissances techniques nécessaires. On parle ainsi de canot-camping sur la rivière Mistassini ou en Abitibi, ou encore de kayak de mer dans la baie Georgienne ou sur la rivière Saguenay. Certains départs s’adressent à des groupes d’âge particuliers. Des petits mousses aussi jeunes que 3 ans peuvent participer à une aventure sur la rivière Mistassini, mais il faut avoir au moins 12 ans pour affronter la rivière Saguenay.

D’autres options

La guide d’aventure Renée-Claude Bastien s’est tournée vers des partenaires avec qui elle avait l’habitude de travailler pour préparer quelques circuits pour les familles. « Avec le SIA [Sentier international des Appalaches], je faisais des initiations à la longue randonnée pédestre, raconte-t-elle. Avec Canot-camping La Vérendrye, je travaillais sur des initiations de canot-camping. Je me suis dit : pourquoi ne pas offrir le même type d’activités, mais visant une clientèle plus familiale ? »

PHOTO FOURNIE PAR KARAVANIERS

Le canot au Québec pourrait bien faire beaucoup d’adeptes cet été.

Pour l’instant, on n’a pas encore fixé de dates pour des voyages de groupes. « On va attendre de voir ce qui est permis, explique Mme Bastien. Si une famille veut avoir un forfait privé, on peut l’accommoder. Si le gouvernement permet la présence de plusieurs familles dans une même activité, on pourra s’adapter selon les ratios d’encadrement recommandés. »

Elle suggère aux familles de regarder aussi du côté des entreprises et guides membres d’Aventure Écotourisme Québec (AEQ), sur le site aventurequebec.ca, pour trouver une aventure qui peut correspondre à leur budget et au temps dont elles disposent, depuis la demi-journée jusqu’aux expéditions plus longues.

« L’avantage de faire affaire avec une agence membre de l’AEQ, ou un organisme reconnu, ou un guide certifié avec une assurance responsabilité civile, c’est l’assurance d’avoir une activité encadrée de façon sécuritaire, d’une expérience de qualité. »

> Consultez le site de Karavaniers

> Consultez le site d’Aventure Écotourisme Québec

> Consultez le site de Renée-Claude Bastien