Faire découvrir les richesses naturelles du Québec et d'ailleurs, voilà la mission que s'est donné Nature sauvage, un magazine de vulgarisation scientifique que devrait lire tous les adeptes d'écotourisme. Si le frère Marie-Victorin était encore parmi nous, il en serait sûrement un avide lecteur et, sans aucun doute, un collaborateur.

Simon Diotte, collaboration spéciale LA PRESSE

Encore peu connu du grand public, Nature sauvage est publié par un éditeur indépendant, Orinha Média, qu'a fondé Pierre Hamel, ex-éditeur chez Vélo Québec Éditions (Vélo Mag et Géo Plein Air). D'abord chapeauté par Vélo Québec, ce magazine haut de gamme, imprimé sur du papier de haute qualité, vole de ses propres ailes depuis le 1er janvier.

«Dès que vous aimez jouer dehors, c'est un magazine qui peut vous parler», affirme son rédacteur en chef, Michel Leboeuf, à la barre de la revue depuis ses débuts, en 2008. Son lectorat, en constante progression, se compose d'adeptes de plein air, de scientifiques et de jeunes amants de la nature. «Notre plus jeune abonné a 7 ans. Même s'il ne comprend pas tous les textes, nos illustrations et nos images retiennent son attention», dit M. Leboeuf.

Le plus récent numéro, en kiosque, dresse le portrait du balbuzard pêcheur - un oiseau de proie -, retrace les efforts de conservation de la tortue molle à épines, effectue une visite guidée de la forêt Duchesnay et propose un reportage photo spectaculaire sur les animaux cannibales. En prime, une carte sur la biodiversité du Saint-Laurent. À voir!

www.naturesauvage.ca