(Reykjavik) L’Islande, qui semble avoir contenu la pandémie de COVID-19 et a testé plus de 15 % de sa population, un record, a annoncé mardi qu’elle prévoyait offrir aux voyageurs arrivant dans son unique aéroport international de se faire tester pour échapper à une quarantaine de 14 jours.

Agence France-Presse

Pour l’instant, l’Islande a enregistré 1801 cas de contamination au virus SARS-CoV-2, dont seulement trois en mai, et 10 morts.

Le gouvernement a expliqué que les tests seraient proposés à l’arrivée à Keflavik, l’unique aéroport international de l’île, à partir du 15 juin au plus tard. Les passagers devront d’une manière ou d’une autre en assumer le coût.

Les voyageurs seront libres de gagner leur domicile ou leur hôtel et en cas de résultat positif, connu dans la journée, ils seront placés en quarantaine pour au moins 14 jours. Les voyageurs devront également télécharger une application de traçage, que 40 % des Islandais utilisent déjà, selon le gouvernement.

On pourra échapper au test avec un certificat médical attestant d’un résultat négatif.

À ce jour, l’Islande a testé 54 791 de ses 364 000 habitants.

Depuis le 24 avril, les voyageurs arrivant de l’étranger sont placés en quarantaine, comme les Islandais et les résidents en provenance de zones à haut risque le sont depuis janvier.