(Biarritz) Surfeurs, baigneurs, marcheurs et plaisanciers du Pays basque vont pouvoir reprendre dès samedi le chemin des plages du littoral, a annoncé jeudi le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Éric Spitz.

Agence France-Presse

Les maires d’Anglet, Biarritz, Bidart, Guethary, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure et Hendaye se sont mis d’accord sur un concept de « plages dynamiques », sur lesquelles les habitants pourront marcher ou courir, aller surfer ou nager. Les plaisanciers habitant à moins de 100 km pourront également récupérer leur bateau dans les ports et sortir en mer à condition de respecter ce rayon autorisé de 100 km.

« En résumé, ce qu’on ne veut pas, c’est du farniente. On ne pourra pas rester couché ou statique sur le sable », a précisé le préfet, qui a pris un arrêté pour réglementer l’accès aux plages et ports de plaisance de 6 h à 19 h valable jusqu’au 15 juin.

« Mais si les données épidémiologiques devaient se dégrader, le maire ou moi pourrons fermer des plages », a souligné le préfet.

À charge pour chaque commune, ensuite, de mettre en place des moyens d’accès « pour faire en sorte que les gens ne se croisent pas, en particulier lorsque les accès sont peu larges », a détaillé le maire de Bidart (SE), Emmanuel Alzuri, à l’issue d’une réunion jeudi des maires côtiers avec le préfet. À Saint-Jean-de-Luz et Biarritz par exemple, où de longs promenoirs bordent le front de mer, des doubles sens pourraient être mis en place.

Pour assurer le respect des règles sanitaires, des policiers municipaux, mais aussi des « ambassadeurs des plages » circuleront dès samedi matin. La gendarmerie survolera également l’ensemble des plages chaque semaine pour prendre des clichés et surveiller « la manière dont la plage est occupée », a ajouté le préfet.