(Rennes) Le Mont-Saint-Michel a annoncé une « reprise d’activité effective » dès lundi, dans le cadre du déconfinement progressif confirmé jeudi par le gouvernement, qui prévoit la réouverture des commerces et hôtels, mais l’accès à l’abbaye restera fermé.

Agence France-Presse

Les mesures prévoient notamment « un sens unique de circulation dans le village du Mont, afin d’éviter les croisements de personnes qui montent ou descendent », précise l’établissement public du Mont-Saint-Michel dans un communiqué.

Pour « éviter au maximum les croisements », les visiteurs seront « invités dès leur arrivée dans le stationnement à rejoindre le Mont via un circuit piéton aller spécifique » avec un « fléchage adapté » et « la police municipale veillera au respect de ces nouveaux circuits par les visiteurs », est-il précisé.

Le Mont restera accessible 24 h/24 par navette, via son service de transport, mais « dans le respect des directives ministérielles, la capacité d’accueil dans les navettes Transdev sera réduite » et « le port du masque sera obligatoire pour tous à bord ».

Sur le rocher, l’abbaye restera fermée, tandis que « les différents commerces rouvriront progressivement ».

« Les mesures gouvernementales en vigueur à l’heure actuelle interdisent pour le moment la réouverture de l’Abbaye au public », indique l’établissement public du Mont.

Les équipes du Centre des monuments nationaux espèrent pouvoir rouvrir le monument « au cours du mois de juin » et « tout est mis aujourd’hui en œuvre pour assurer le retour des visiteurs dans de bonnes conditions », assure l’établissement.

« En dehors des cafés et restaurants qui ne sont pas encore autorisés à rouvrir sur le plan national, les autres commerces, dont les hôtels et autres hébergements, rouvriront progressivement leurs portes en fonction de leurs propres contraintes », ajoute l’établissement public du Mont.

« Avec un accueil repensé, sécurisé sur le plan sanitaire, l’ensemble des intervenants du site du Mont-Saint-Michel s’emploient à reconquérir les visiteurs, à commencer par les habitants des territoires proches du Mont, puis plus largement tous les Français, qui auront à cœur de découvrir ou redécouvrir ce joyau du patrimoine mondial », affirme Thomas Velter, directeur général de l’Établissement public national du Mont-Saint-Michel cité dans le communiqué.