(Paris) La SNCF a mis en place jeudi sa nouvelle gamme tarifaire, avec des billets plus facilement remboursables ou échangeables et un nouvel éventail de cartes de réductions, présentées comme « plus avantageuses ».

Agence France-Presse

Le groupe n’offre « plus que trois tarifs, seconde, première et business première » dans les TGV (hors Ouigo) et Intercités. Il n’y a plus qu’une tarification par train dans chacune de ces trois classes — qui remplace notamment les actuels « Prem’s », « Loisir » et « Pro » –, selon la directrice générale de Voyages SNCF, Rachel Picard.

Si le nom « Prem’s » reste utilisé pour les tarifs les moins chers, tous les billets sont désormais échangeables ou remboursables, gratuitement jusqu’à 30 jours avant le départ, pour 5 euros (7,50 $) jusqu’à trois jours et pour 15 euros (22,70 $) jusqu’au départ du train.

« Les prix n’augmenteront pas », avait assuré Mme Picard en présentant la nouvelle gamme tarifaire en mars.

La SNCF a également lancé jeudi « des cartes moins chères, qui donnent plus de réductions, et donc qui sont plus avantageuses ». « Elles se remboursent quasiment au premier achat », a vanté la patronne de Voyages SNCF.

Les cartes de réduction sont toutes vendues à 49 euros (74 $) pour un an. Elles garantissent toutes une réduction de 30 % pour les adultes, et éventuellement de 60 % pour les enfants (de 4 à 11 ans), pour tous les billets — y compris les nouveaux « Prem’s ».

Concrètement, la carte Avantage Jeune remplace la carte Jeune SNCF (qui était vendue 50 euros) pour les 12-27 ans, la carte Avantage Senior remplace la carte Senior+ (qui était à 60 euros) pour les plus de 60 ans, et la carte Avantage Week-end la carte Week-end (qui était à 75 euros). Quant à la carte Avantage Famille, elle se substitue à l’ancienne carte Enfant+ (à 75 euros), permettant à un adulte et un éventuel accompagnant d’emmener jusqu’à trois enfants.

Pour ces deux dernières, elles sont désormais valables sur un aller-retour incluant un jour de week-end, selon la SNCF.

Rachel Picard a précisé vouloir ainsi passer de 2,7 millions à 4 millions de détenteurs. Toutes ces cartes seront aussi valables sur les TER si les régions concernées l’acceptent, mais pas sur les Ouigo.

Enfin, une nouvelle carte Liberté à 399 euros (600 $) remplace les actuels abonnements Fréquence, donnant des réductions importantes sur les TGV classiques et Intercités dans toute la France.

« Il y a des choses positives et des choses moins positives » dans cette nouvelle gamme tarifaire, a réagi auprès de l’AFP Bruno Gazeau, le président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut).

Parmi les éléments favorables, « on s’y retrouve un peu mieux dans tous ces tarifs puisqu’il y a une seule carte, elle est aussi moins chère et donne des avantages accrus », a-t-il souligné.

Mais, a-t-il regretté, « si les prix baissent, le nombre de trains où s’applique cette tarification baisse également », ajoutant que la nouvelle gamme était « limitée aux TGV Inoui », excluant ainsi les trains Ouigo et Intercités.

« La SNCF en profite pour changer les conditions de remboursement et d’échange de billets, il faudra notamment payer 15 euros pour échanger son billet » jusqu’au départ du train, « ce que nous considérons comme extrêmement cher », a ajouté M. Gazeau.