François Jolicoeur est parti le 13 juillet pour Valence sur les ailes d'Air France : 10 jours plus tard, le Montréalais attendait toujours sa valise, restée coincée à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Or, il n'est pas seul dans son cas : les médias sociaux d'Air France comptent de nombreux messages de passagers mécontents, obligés de passer une grande partie de leur voyage sans leur bagage.

Stéphanie Morin LA PRESSE

En effet, la grève des bagagistes d'un sous-traitant de l'aéroport a grandement perturbé la livraison des bagages du terminal 2E, utilisé exclusivement par le transporteur français. Le conflit de travail a duré six jours, soit du 14 au 19 juillet, mais la situation est loin d'être réglée pour les passagers. « Au service à la clientèle d'Air France à Paris, on m'a dit qu'entre 15 000 et 20 000 bagages seraient ainsi perdus dans la nature », lance M. Jolicoeur, résolu à passer ses deux semaines de vacances sans ses bagages. « On m'a aussi dit que la finale de la Coupe du monde et la fête nationale avaient provoqué un record d'absentéisme. On sent qu'ils sont dépassés par les événements. »

Dans un message envoyé aux passagers touchés, Air France admet que « le traitement des bagages demeure pour le moment très perturbé. Actuellement en pleine période estivale, les capacités pour transporter des bagages supplémentaires sont très limitées, ce qui implique des temps de livraison plus longs. Plusieurs jours seront encore nécessaires pour un retour à la normale ».

Air France a indiqué à La Presse que la grève étant terminée, la situation n'a désormais plus aucun impact sur les opérations quotidiennes. Même si le retard n'est pas attribuable à Air France, le transporteur s'engage à prendre en charge les frais encourus pour l'achat d'effets personnels de première nécessité.