Recherche Voyage
Source ID:; App Source:

Marseille: entre les murs de la Cité radieuse

Autrefois construite un peu à l'écart de la... (Photo Andrée Lebel, La Presse)

Agrandir

Autrefois construite un peu à l'écart de la ville, la Cité radieuse demeure entourée de verdure.

Photo Andrée Lebel, La Presse

Andrée Lebel
La Presse

(MARSEILLE) La Cité radieuse, située dans un beau quartier de Marseille, est une porte ouverte sur le génie de Le Corbusier. Les parties communes (hall d'entrée, toit-terrasse, jardin d'hiver, rue commerçante) et un appartement de l'immeuble classé monument historique sont ouverts au public.

Construite entre 1947 et 1952, la Cité radieuse visait à intégrer services et logements sociaux. Ses appartements étaient destinés aux victimes des bombardements du Vieux-Port. Mais sa modernité, ses aires ouvertes et sa location à l'écart du centre-ville n'ont pas plu aux sinistrés, et la Ville a dû vendre les appartements. C'est maintenant une adresse de prestige du boulevard Michelet, à deux pas du Vélodrome.

Plus de 1200 personnes habitent les 337 appartements de l'immeuble. Dans ce concept de ville verticale, chaque étage est une rue. Une école accueille une quarantaine d'enfants de 2 à 6 ans. Il y a aussi un centre d'art, un hôtel, un restaurant, des commerces et des bureaux.

Les visites organisées par l'Office de tourisme permettent à de petits groupes (maximum 10 personnes) d'apprécier quantité de détails architecturaux. Tous les éléments de l'édifice (portes, fenêtres, rampes, hauteur des plafonds, etc.) sont déterminés par le Modulor, l'étalon de mesure élaboré par Le Corbusier en tenant compte de la taille moyenne d'un homme (1,83 m) le bras levé (2,26 m). Il s'en dégage une grande harmonie.

L'édifice de béton repose sur pilotis, ce qui permet de circuler tout autour. Les portes de chacune des quatre façades ouvrent sur un vaste espace ayant toutes les caractéristiques d'un hall d'hôtel: comptoir d'accueil, bancs, toilettes publiques et points de rendez-vous. Des jeux de lumière sur le plancher de béton adoucissent l'aspect rugueux des murs gris.

La rue des commerces réunissait à l'origine tous les services indispensables aux résidants: boulangerie, épicerie, librairie, pharmacie, etc. Avec le développement du quartier, plusieurs ont migré vers les rues avoisinantes. Ils ont été remplacés par des bureaux de professionnels, en majorité des architectes et des designers.

Les plafonds bas et l'éclairage tamisé des rues d'habitation créent une transition entre l'activité extérieure et l'intimité du chez-soi. La majorité des appartements, aménagés sur deux niveaux, traversent l'édifice d'est en ouest (24 m de long) et possèdent un balcon privé à chaque extrémité. Le Corbusier a fait appel à Charlotte Perriand pour dessiner les placards intégrés des cuisines et à Jean Prouvé pour les volées d'escaliers.

L'espace est si bien utilisé qu'une famille d'au moins deux enfants peut vivre à l'aise dans un appartement de 98 m2. Le salon de double hauteur est lumineux, tandis que les chambres des enfants sont divisées par une porte amovible qui sert aussi de tableau. Les grands placards regroupés à l'étage et les tablettes encastrées évitent aux occupants l'achat de meubles d'appoint.

Une rue regroupant les commerces dans la Cité... (Photo Andrée Lebel, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Une rue regroupant les commerces dans la Cité radieuse.

Photo Andrée Lebel, La Presse

Dormir dans la Cité

À défaut d'une visite guidée, on peut découvrir la Cité radieuse en logeant à l'hôtel Le Corbusier, au coeur de l'immeuble. Récemment rafraîchi, il compte 21 chambres avec vue sur le parc ou sur la mer. Pendant leur séjour, les clients ont accès à toutes les installations de la Cité radieuse: cinéma, piste de jogging, piscine pour les enfants, salle de spectacle sur la terrasse et tennis dans le parc.

Le restaurant Le ventre de l'architecte est également ouvert au public. Le chef Jérôme Caprin propose des plats raffinés et savoureux dans un décor séduisant. La coursive aménagée à l'extérieur est idéale pour déguster un café en admirant la mer et les îles du Frioul.

Les amateurs d'art contemporain ne manqueront pas de visiter le MaMo (Marseille Modulor), qui se veut un hommage à Le Corbusier. Après s'être porté acquéreur de l'espace de la salle de sports située sur le toit de l'édifice, le jeune designer-vedette Ora Ito en a fait un centre d'art avant-gardiste. Ouvert l'an dernier, le MaMo est en train d'acquérir une renommée internationale. Ainsi, 62 ans après son inauguration, l'oeuvre de Le Corbusier demeure bien vivante.

Inscription pour les visites: www.resamarseille.com

10 euros, du mardi au samedi à 14h30 et à 16h30

www.hotellecorbusier.com

www.leventredelarchitecte.com

www.mamo.fr




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le nouveau visage de Marseille

    France

    Le nouveau visage de Marseille

    Marseille est l'une des villes françaises les plus excitantes en ce moment. Son dynamisme attire des créateurs de tous les domaines, l'architecture... »

la boite: 1600176:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer