En famille, en solo ou en amoureux, en hiver ou à l'été, un voyage à Paris ne serait pas tout à fait complet sans y avoir savouré l'une de ses meilleures glaces. Voici nos coups de coeur pour se régaler dans la capitale.

Publié le 23 mars 2012
Violaine Ballivy LA PRESSE

Amorino

Un paradis pour les indécis! C'est l'une des rares adresses à Paris où, même en optant pour le plus petit des formats, on vous permettra de mélanger autant de saveurs que désiré. On trouve ici aussi parmi les plus jolis cornets qui soient. Et on ne sert pas banalement - quoiqu'efficacement! - la glace en boule: on la façonne de manière à former une jolie rose. Petit format, à 3,50 euros, mais on propose aussi, fait rare, des formats pour enfants à 2 euros. Glace à base d'oeufs entiers, sans colorant ni arôme artificiels. Ce ne sont peut-être pas les plus fines de Paris, mais les parfums plairont à toute la famille - chocolat-noisette, noix de coco, fraise, etc. Une valeur sûre.

Plusieurs succursales à Paris, dont: 4, rue Vavin, 4e arrondissement / 31, rue Vieille du Temple, 3e arrondissement / 16, rue Huchette,

5e arrondissement

www.amorino.com

Gelati d'Alberto, maître glacier

Une autre bonne enseigne où l'on sert les glaces sur le modèle d'Amorino, en forme de fleur. Le plus petit format - à 3,50 euros - permet de goûter deux parfums. Excellent sorbet au chocolat, avec une texture très fine. La glace la plus originale? Ali Baba, aux graines de sésame, miel et fleur d'oranger.

45, rue Mouffetard, 5e arrondissement

12, rue des Lombards, 4e arrondissement

À la mère de famille

Cette adresse, c'est d'abord un plaisir pour les yeux: les gourmands voudront ABSOLUMENT passer par la Mère de famille lors de leur passage à Paris, si ce n'est que pour admirer la devanture tout enluminée de cette confiserie fondée en 1761! Caisse rétro, présentoirs de bonbons en bois. Ça sent le chocolat, la guimauve et la nostalgie. Côté glace? Pour 2 euros (presque une aubaine à Paris!), on repart avec une bien bonne boule posée sur un cornet sucré. Quelques sorbets et glaces aux parfums qui vont de soi pour cet endroit de tradition: citron, cassis, chocolat, caramel au beurre salé, vanille de Madagascar, nougatine et calissons.

Plusieurs succursales à Paris, dont: 35, rue

du Faubourg-Montmartre, 9e arrondissement

www.lameredefamille.com

Franck Kestener

La qualité, semble-t-il, cela se paie: 3 euros la toute petite boule de crème glacée - prenez-la servie sur un cornet, vous serez un peu plus rassasié. Mais quelle crème glacée! Peu de parfums, mais qu'importe: chez un maître chocolatier, on prend au chocolat, très noir et parfumé, sans excès de sucre. Sinon, les plus curieux opteront pour «spéculos», ces petits biscuits en pain d'épices craquant du nord de la France et de Belgique, à la cannelle et au gingembre. À côté du jardin du Luxembourg, mais vous risquez bien de ne pas y arriver avant d'avoir terminé un cornet simple.

Meilleur ouvrier de France, chocolatier confiseur, champion du monde de Pâtisserie.

7, rue Gay-Lussac, 5e arrondissement

www.franck-kestener.com



Berthillon


Oui, c'est touristique: vous risquez de commander votre cornet aux côtés d'un couple de Japonais armé d'un Lonely Planet qui vous demandera ensuite de les prendre en photo (cas vécu!). Mais bon. On ne devient pas le glacier le plus connu de Paris pour rien. Délicieux? Tout à fait. Avec une variété de parfums de glaces et de sorbets inégalable en prime, pour raviver le plaisir de la découverte tous les jours. Mentions particulières pour la boule de Gianduja aux écorces d'oranges confites ou celle au pain d'épices. Notez que si l'on retrouve les glaces Berthillon dans plusieurs points de vente de l'île Saint-Louis, c'est encore à la maison mère qu'on sert les portions les plus généreuses pour 2,50 euros, toujours dans un cornet pâtissier.

29-31, rue Saint-Louis en l'île, 4e arrondissement

www.berthillon.fr

Mococha

Surfant sur l'engouement pour les macarons, «plusieurs pâtissiers les offrent désormais en version sous zéro», où la crème au beurre a été remplacée par une épaisseur de crème glacée. Un sandwich glacé de luxe, en somme. Le hic, c'est que le résultat est souvent très compact et ne rend ni hommage à la glace, ni à la coquille du macaron. Obstacle contourné, ici, où l'on sert de manière très originale la glace ou le sorbet posé délicatement sur une seule pièce de macaron. C'est du sur mesure: on choisit à la fois le parfum du macaron et celui de la glace. Féerique: le sorbet rose-litchi sur macaron à la framboise. Fermé le lundi.

89, rue Mouffetard, 5e arrondissement

www.chocolatsmococha.com