Soucieux d'attirer des touristes québécois sur ses plages et dans ses villages, le ministère du Tourisme d'Haïti met en place un système de classification des hôtels basé sur ce qui se fait dans la Belle Province. Seule différence marquée: les étoiles québécoises laissent place aux hibiscus sur les panonceaux en Haïti.

Mis à jour le 12 sept. 2014
Nathaëlle Morissette LA PRESSE

Les visiteurs d'ici qui se rendront dans la Perle des Antilles sauront donc qu'à peu de chose près, cinq hibiscus en Haïti équivalent à cinq étoiles au Québec, explique Michel Rheault, directeur général de la Corporation de l'industrie touristique du Québec (CITQ), chargé de classifier les hôtels, auberges et autres gîtes dans la province. C'est que le ministère du Tourisme haïtien travaillera dorénavant avec une grille d'évaluation élaborée en collaboration avec la CITQ. «On a travaillé sur des normes assez rigoureuses», ajoute M. Rheault.

Une grille d'évaluation

Depuis le début de l'année, des représentants de la CITQ se sont rendus deux fois là-bas et doivent y retourner à l'automne, alors qu'une mission haïtienne au Québec a été organisée en juin dernier. Les chambres, le confort, les commodités ne sont que quelques-uns des critères figurant sur la longue liste de la grille d'évaluation. «Il y a de la belle hôtellerie là-bas, mentionne M. Rheault. Mais ces gens-là ont beaucoup à faire. L'approvisionnement est difficile. Le matériel pour meubler vient de l'étranger.»

Malgré tout, Haïti multiplie les efforts pour améliorer ses infrastructures. Le ministère du Tourisme haïtien a même publié un communiqué sur son site pour annoncer la création d'une filiale de la CITQ là-bas. La classification des hôtels évalués avec la nouvelle grille se fera après 2015.