(Paris) Le groupe Costa Croisières, filiale de l’américain Carnival, effectuera des tests de COVID-19 sur tous les passagers de ses navires avant l’embarquement, à la reprise progressive de ses activités au départ des ports italiens le 6 septembre.

Agence France-Presse

« Compte tenu de la situation épidémiologique actuelle et de l’avis des experts, la compagnie effectuera des tests par écouvillonnage de tous les passagers avant l’embarquement », annonce-t-elle dans un communiqué mardi.

Ces tests, pratiqués au terminal, à l’aide d’un bâtonnet (écouvillon) introduit au fond du nez, seront effectués « dès le départ du Costa Deliziosa, prévu le 6 septembre à partir de Trieste, puis sur l’ensemble des navires qui reprendront ensuite leur activité », précise Costa Croisières.

Tout cas suspect identifié sera « soumis à un test PCR pour un contrôle supplémentaire, déterminant ainsi la possibilité d’embarquer ».

En outre, une assurance dédiée sera proposée aux passagers, indique Costa, dans le cadre d’une reprise d’activité progressive, avec des itinéraires « uniquement en Italie, réservés exclusivement aux clients italiens ».

Le Costa Deliziosa proposera tous les dimanches, des visites de Bari, Brindisi, Corigliano-Rossano, Syracuse et Catane. Un deuxième navire, le Costa Diadema, quittera Gênes le 19 septembre pour voguer en Méditerranée occidentale, au large de l’Italie et de Malte.

Il s’agit des premiers navires de Costa à reprendre la mer en Méditerranée, après plusieurs mois de suspension des activités. Ses autres voyages sont suspendus jusqu’au 30 septembre.

Costa continue de travailler sur un protocole sanitaire pour l’ouverture de croisières en Méditerranée vers d’autres pays, à partir d’octobre, a précisé à l’AFP une porte-parole.

Son principal concurrent, MSC Croisières, qui a repris ses opérations le 16 août, a de son côté annoncé que « les passagers de ses navires en provenance de pays jugés “à haut risque” par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) devront passer un test RT-PCR par écouvillon dans les 72 heures avant le départ du navire ».

Les résultats de ces tests, réalisés dans le cadre d’un partenariat avec les 850 laboratoires Biogroup-LCD en France, doivent être présentés au terminal avant l’embarquement.

Malmenée par la crise économique découlant de la crise sanitaire, l’industrie des croisières a aussi essuyé des critiques sur sa gestion du coronavirus à bord des navires au début de la pandémie.

En Europe, elle représente un chiffre d’affaires de 14,5 milliards d’euros par an et près de 53 000 emplois, selon l’Association internationale des compagnies de croisières (CLIA).