(Ottawa) L’Association de l’industrie touristique du Canada (AITC) juge que le Fonds d’aide et de relance régionale (FARR) à lui seul ne permettra pas au secteur du tourisme de survivre après la crise.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Ce fonds, annoncé en mai, contient 962 millions qui sont administrés par les six agences de développement régional au Canada. Il doit aider les régions rurales du pays à pallier au choc économique qu’amène la pandémie de COVID-19.

Le FARR doit aider, entre autres, de nombreuses entreprises touristiques qui ne se qualifient pas pour les autres mesures d’aide de l’État.

S’exprimant lors d’une conférence de presse virtuelle, vendredi matin, la présidente et directrice générale de l’AITC a réclamé un plan d’aide ciblé pour le secteur touristique.

Charlotte Bell est d’avis que les mesures d’aide annoncées jusqu’à maintenant sont bienvenues, mais insuffisantes pour sauver le secteur qui a déjà perdu une partie de sa saison estivale cette année.

L’AITC demande notamment de modifier le programme de crédit aux entreprises pour des prêts garantis à 100 % par le gouvernement fédéral et de prolonger les subventions salariales jusqu’à l’hiver prochain.

L’industrie du tourisme et des voyages représente plus de 1,8 million d’emplois au Canada. Plus de 800 000 emplois ont été perdus depuis le début de la crise et plusieurs ne reviendront pas, selon l’AITC.