Cette semaine, la page Vivre vous propose chaque jour un bilan de 2010 dans un univers différent. Aujourd'hui: la santé.

Silvia Galipeau LA PRESSE

Vrai, les nouvelles en santé ne sont pas toujours des plus réjouissantes. Qu'on pense obésité, cancer, Alzheimer, difficile de trouver de quoi célébrer. Et pourtant, l'année 2010 a tout de même compté son lot de bonnes (petites et grandes) nouvelles. Histoire de finir l'année du bon pied, en voici 10 qui nous ont particulièrement fait sourire.

1 - Les Québécois vivent plus vieux ...

C'est la conclusion de l'État de santé de la population québécoise, qui révèle en effet que l'espérance de vie s'allonge d'une année tous les quatre ans. Ainsi, aujourd'hui, les hommes peuvent compter atteindre les 78 ans et les femmes, 83 ans. Le tout, en mangeant mieux et en étant toujours plus actifs.

2 - ... et surtout mieux

Même les personnes âgées sont en meilleure forme en 2010. Une enquête menée notamment par le Réseau des Fédérations de l'âge d'or du Québec (FADOQ) révèle que 9 aînés sur 10 considèrent aujourd'hui leur santé bonne, très bonne ou excellente. Ils sont aussi nombreux à se dire satisfaits de leur vie en général.

3 - Partie en fumée

Pas de doute, la loi sur le tabac a porté ses fruits. Selon un rapport du ministère de la Santé, le taux de tabagisme a baissé de plus de 12% en 12 ans, tombant à 22,5% l'an dernier.

4 - Pour le plus grand bonheur des tout petits

Le Rapport sur la santé de Statistique Canada a noté une nette amélioration de la santé des jeunes enfants, que l'on attribue entre autres à la réduction de leur exposition à la fumée secondaire. Les diagnostics d'asthme ont reculé de 10% pour atteindre leur plus bas niveau en 10 ans. Et les bambins sont désormais moins touchés par les otites et les infections des voies respiratoires.

5 - Que du bon pour la vitamine D

La vitamine D a fait les manchettes cette année pour ses vertus protectrices contre une foule de maladies: diabète, cancer du sein, arthrose, asthme, maladies cardiovasculaires, etc. Et comme chacun sait, il n'est pas bien difficile de s'en procurer: poissons gras, oeufs et viandes en regorgent. Notre organisme en fabrique même quand on s'expose au soleil. Reste à déterminer les doses idéales...

6 - La modération et non la prohibition pour les femmes enceintes

Le débat n'est certainement pas clos, mais une vaste étude du University College de Londres arrive à la conclusion suivante: non, une femme enceinte qui boit un verre ou deux par semaine ne met pas la santé de son bébé en danger. Vrai, on ne connaît toujours pas le seuil à partir duquel l'alcool devient nuisible pour le foetus. Et la plupart des médecins recommandent, dans le doute, l'abstinence. Mais cette étude a le mérite de remettre au goût du jour un concept souvent oublié (notamment en matière de parentalité): le gros bon sens.

7 - Et celles qui boivent modérément restent minces plus longtemps

Celle-là, on ne l'avait pas vu venir. On sait tous que l'alcool contient son lot de calories. Or, contre toute attente, les femmes qui boivent un verre ou deux régulièrement ont moins de risque de souffrir un jour d'obésité que celles qui s'abstiennent. Les femmes qui boivent modérément sont-elles aussi plus actives, mangent-elles mieux? Mystère...

8 - La bonne nouvelle de l'année pour les hommes

Avouez que cela fait plaisir: un nouveau gène impliqué dans la pousse des cheveux a été découvert, ce qui ouvre la voie à de futurs traitements contre la calvitie, somme toute beaucoup plus prometteurs que l'inélégante moumoute.

9 - La bonne nouvelle de l'année pour les femmes

Les filles, arrêtez de chercher, le point G n'existe pas. Ou peut-être que si, mais pas chez toutes les femmes. L'étude, réalisée par des chercheurs britanniques, conclut en effet que les femmes sont résolument complexes et toutes différentes. C'est le temps de nous concentrer sur ce qui nous allume vraiment, individuellement.

10 - Et pour finir: la bonne nouvelle de l'année pour les ratons laveurs

La nouvelle est peut-être passée inaperçue, mais elle n'est pas banale. Sachez qu'il n'y a pas eu de cas de rage du raton laveur cette année, une première en cinq ans. Quand même! Qui a dit qu'il n'y avait pas de bonnes nouvelles en santé?