Le cannabis, consommé à faibles doses, peut soulager les personnes qui souffrent de douleurs neuropathiques chroniques, révèle pour la première fois une étude du Centre universitaire de santé McGill et de l'Université McGill, dont les résultats ont été rendus publics hier.

Annabelle Nicoud LA PRESSE

«On a démontré que le cannabis, pris en petites doses pendant des périodes de cinq jours, a un effet analgésique, explique le Dr Mark Ware, auteur principal de l'étude. On observe aussi une meilleure qualité du sommeil, une amélioration de la qualité de vie et une baisse de l'anxiété.»

Hier, la nouvelle a suscité un fort intérêt dans les médias, ce qui n'étonne pas le Dr Ware, aussi directeur de la recherche clinique à l'unité de gestion Alan Edwards du CUSM.

«La réponse est très intense, mais cela ne m'étonne pas vraiment, car il y a une grande demande d'information sur le cannabis thérapeutique de la part des patients, des médecins et des hommes politiques», dit-il.

L'étude, dont les résultats ont été publiés dans le dernier numéro du Canadian Medical Association Journal, a été réalisée pendant trois ans sur vingt et un participants souffrant de douleurs chroniques depuis plus de trois mois. C'est la première fois que, dans le cadre d'une étude, des patients ont été autorisés à fumer du cannabis chez eux.

Le cannabis utilisé pour l'étude a été fourni par Santé Canada et contenait très peu de THC, le composé actif de la plante. Trois fois par jour, les participants en ont fumé une faible dose en une seule inhalation, dans une pipe.

C'est également la première fois que l'on étudie les effets thérapeutiques du cannabis sur des patients atteints de neuropathie. Les conclusions de l'étude pourraient permettre aux personnes souffrant de douleurs neuropathiques chroniques - qui affectent de 1 à 2% de la population adulte - d'avoir accès au cannabis de Santé Canada sur ordonnance de leur médecin, comme les personnes atteintes du sida, de la sclérose en plaques ou du cancer.