Vous prenez un verre de vin par jour, la conscience tranquille ? Selon une nouvelle étude britannique, même une faible consommation d'alcool accroît le risque de cancer chez les femmes.

Mis à jour le 25 févr. 2009
Nadielle Kutlu CYBERPRESSE

En effet, une consommation faible ou modérée d'alcool causerait 13% des cancers, tels que le cancer du sein, du foie, du colon, de la bouche et de la gorge, d'après les conclusions de l'étude, qui vient de paraître dans l'édition électronique du Journal of the National Cancer (http://jnci.oxfordjournals.org/cgi/content/abstract/djn514).

Pour chaque verre d'alcool bu par jour, les risques de contracter le cancer augmenteraient de 6%. Un verre d'alcool par jour serait la cause de 7000 cancers, surtout des cancers du sein.

Si on avant déjà établi un lien entre la consommation d'alcool et le cancer du sein, cette nouvelle étude permet aux chercheurs de mettre le doigt sur un élément nouveau : même la consommation d'une faible quantité d'alcool peut augmenter les risques de contracter d'autres types de cancer, comme le cancer du foie ou du colon.

Le type d'alcool n'a pas d'importance, précisent les chercheurs. Vin rouge, vin blanc, bière ou spiritueux, l'effet néfaste est le même.

L'enquête a été menée sur sept ans, de 1996 à 2001, auprès de 1,3 million de femmes dans la cinquantaine au Royaume-Uni. Résultat : au bout de sept années, 68 775 des femmes ont été diagnostiquées avec un cancer.

La majorité des femmes de l'étude consommaient un verre de vin par jour, ce qui semble être la norme dans les pays développés. Le quart des répondantes a indiqué ne jamais consommer d'alcool, alors que les autres ont dit prendre trois verres ou moins par jour.

À chaque consommation quotidienne, les risques de cancer de sein augmentent de 12%. Ce chiffre atteint 29% pour un cancer de la bouche et grimpe à 44% pour un cancer de la gorge.

L'auteure principale de l'enquête, Naomi Allen, du département de l'épidémiologie du cancer de l'Université d'Oxford, souligne que la plupart des études antérieures portent sur les risques de cancer chez les hommes ou les femmes qui consomment une importante quantité d'alcool. Mais elle rappelle que beaucoup de femmes consomment une faible quantité d'alcool sur une base régulière. «Il n'y a donc aucune quantité d'alcool qui peut être considérée comme n'ayant aucun effet néfaste sur la santé», affirme-t-elle.

Avec Reuters et la BBC (http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/7906355.stm)