Source ID:; App Source:

Les groseilles, des baies très variées

À gauche et à droite, la groseille à... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

À gauche et à droite, la groseille à maquereau. En haut, la gadelle rouge (groseille rouge à grappes); en bas, la gadelle blanche (groseille blanche à grappes).

Photo Olivier Jean, La Presse

Gadelles, groseilles à maquereau, Ribes vulgare, Ribes grossularia... entre les noms européens et nord-américains, on en perd son latin! Voici celles qu'on trouve au Québec le plus souvent.

La groseille à maquereau (groseille)

Celle qu'on appelle tout simplement «groseille» au Québec est non seulement plus grosse (jusqu'à 12 mm de diamètre) que sa consoeur à grappes (la gadelle), mais aussi plus sucrée. Verte, ambrée ou rouge, sa peau est striée. Ces baies, qui poussent en solitaire, sont préconisées pour aciduler les sauces.

La groseille rouge à grappes (gadelle rouge)

Baptisée «gadelle» (ou plus rarement «guédelle») au Québec, la groseille rouge à grappes est menue (jusqu'à 5 mm de diamètre). Entre 10 et 20 baies poussent sur la même branche. Sa marque de commerce: une vive acidité. Combinée avec du sucre, elle est une excellente candidate pour les gelées et confitures.

La groseille blanche à grappes (gadelle blanche)

Issue de la même espèce que la groseille rouge, la «gadelle blanche» est cependant réputée moins acide. Malgré son nom, elle peut aussi être rosâtre ou tirer sur le vert. Cette variété, moins courante que la gadelle rouge, est agréable à manger grain par grain, mais ne colorera pas autant vos préparations culinaires.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer