Après 15 années d'études et de concours, la sommelière Véronique Rivest réalise enfin son rêve. La Québécoise vient de décrocher le titre de meilleur sommelier des Amériques à la compétition panaméricaine qui se termine au Brésil.    

Karyne Duplessis Piché, Collaboration spéciale LA PRESSE

Véronique Rivest, originaire de Gatineau, a remporté la première place devant l'Américain Ian Caube et le Brésilien Thiago Locatelli à la finale du concours du meilleur sommelier des Amériques. En tout, 19 experts provenant de neuf pays du continent ont participé aux épreuves de cette compétition qui se déroulait les 23 et 24 octobre au Brésil. L'Ontarien Will Predhomme était aussi du lot.

Lors des deux premières éditions, en 2006 et en 2009, Ghislain Caron et Élyse Lambert avaient respectivement décroché ce titre. Véronique Rivest avait pour sa part terminé au second rang lors de sa première participation en 2009, au Chili.

«La compétition était beaucoup plus difficile cette année qu'en 2009, a confié la sommelière à La Presse après l'annonce de sa victoire. Les produits se multiplient. Le vin, ce n'est plus uniquement Bordeaux et la Bourgogne.»

En plus des examens écrits, des dégustations à l'aveugle et de service aux tables, les finalistes devaient décanter un magnum de champagne dans un temps déterminé. Un test difficile, juge la sommelière. Elle croyait d'ailleurs avoir échoué la compétition.

«Quand j'ai fini les épreuves de la finale, raconte-t-elle, je suis allée voir mon chum et j'ai pleuré. J'étais convaincue que ça s'était mal passé. Il y a plusieurs épreuves que je n'ai pas eu le temps de terminer.»

Son titre en poche, Véronique Rivest représentera les Amériques et le Canada lors du prochain concours mondial qui se tiendra au Japon en mars prochain.