Atle Skaardal, directeur des compétitions dames de ski alpin aux Jeux olympiques de Vancouver, a regretté les nombreuses chutes à la réception du dernier saut de la descente remportée mercredi par l'Américaine Lindsey Vonn, mais a rejeté tout responsabilité.

Mis à jour le 17 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

«C'est toujours regrettable quand il y a une chute, mais je ne peux prendre la responsabilité de chaque chute», a déclaré l'ancien skieur norvégien.

«C'est un long saut, sûr. Le problème, c'est la vitesse. Il a plu depuis l'entraînement de lundi et aujourd'hui c'était devenu verglacé. D'où les difficultés pour les concurrentes à s'adapter à ce changement», a souligné M. Skaardal.

L'appel du saut, en forme de tremplin, sera arasé pour la descente du super-combiné jeudi.

«Aujourd'hui, c'était la descente. Demain, il y aura des slalomeuses au départ. On va rendre le saut moins long et on va abaisser la descente du super-combiné au départ de réserve», a expliqué M. Skaardal.

La Suédoise Anja Pärson, qui semblait en passe de réaliser le 2e chrono derrière Vonn, et la Suissesse Dominique Gisin ont été notamment victimes de grosses chutes à la réception de ce saut. Celui de Pärson a été mesuré à 60 mètres.

Ces derniers jours, plusieurs entraîneurs s'étaient inquiétés du fait que les skieuses n'aient eu qu'un seul entraînement, de plus disputé en deux phases, sur cette piste éprouvante qu'elles avaient pratiquée en Coupe du monde il y a deux ans.

«Je n'ai rien entendu de tout ça», a assuré Skaardal.