Kevin Martin se prépare pour son match le plus important en huit ans, alors qu'il s'apprête encore une fois à disputer samedi la médaille d'or à la Norvège aux Jeux d'hiver.

Mis à jour le 26 févr. 2010
Bill Graveland LA PRESSE CANADIENNE

En 2002, lors de la finale olympique à Salt Lake City, Martin était favori pour la médaille d'or. Il avait lancé sa dernière pierre un peu trop fort, permettant au Norvégien Pal Trulsen de devenir champion olympique.

Le skip d'Edmonton a remporté quatre championnats Brier et un championnat du monde, mais cette dernière pierre hante toujours les fans de curling. Martin a d'ailleurs dû s'habituer à répondre à des questions à ce sujet.

«C'était un match important pour le curling canadien et c'était un match serré. Ca ne pouvait pas être plus serré, c'est comme ça», a dit Kevin Martin à La Presse Canadienne.

«Ca ne me dérange pas d'en parler. C'est positif pour moi. Parfois, vous ne gagnez pas même si vous êtes près de la victoire», a-t-il ajouté.

Le skip n'accorde pas trop d'importance à l'aspect «revanche» du match de finale contre l'équipe norvégienne, maintenant dirigée par Thomas Ulsrud.

«Ce sont des joueurs différents et ce n'est pas l'adversaire qui compte, c'est le fait que nous sommes ici et que nous avons une occasion de nous rendre un peu plus loin», a-t-il dit en haussant des épaules.

En fait, un des membres de l'équipe norvégienne de 2002 est toujours là, le troisième Torger Nergaard, dont le souvenir du gros match à Salt Lake City se résume à: «il a raté son coup».

Les coéquipiers de Martin sont conscients de l'importance de ce match pour leur capitaine, et il semble qu'ils veulent tous «gagner pour le skip».

«Nous voulons l'avoir non seulement pour Kevin et l'autre équipe, mais aussi pour le pays tout entier et nous-mêmes. Vous savez que nous sommes venus ici avec quelque chose à prouver», a expliqué le joueur canadien Ben Hebert.

Le troisième canadien, John Morris, a dit que son équipe a pour mission de gagner l'or et que la pression n'est pas un problème. «Le hockey et le curling, c'est la même chose, a-t-il lancé. Tous les Canadiens s'attendent à l'or de la part de nos athlètes et c'est ce que nous attendons de nous-mêmes et nous ferons tout notre possible.»