(Melbourne, Australie) La Lavalloise Leylah Annie Fernandez a signé un deuxième gain lors des qualifications en vue des Internationaux d’Australie de tennis, vendredi, en disposant de Mayo Hibi 6-4, 6-4.

La Presse canadienne

Pour sa part, avec comme enjeu une place au tournoi principal, Eugenie Bouchard, de Westmount, s’est vue écartée 6-4, 6-3 par Martina Trevisan, de l’Italie.

« Très difficile à avaler, a admis Bouchard à propos de la défaite. C’est le dernier tour des qualifications. J’étais si près. »

Fernandez est 206e au monde, tandis que Hibi est 168e.

La Canadienne de 17 ans a eu l’avantage 7-5 pour les bris. Auteure des deux as du match, Fernandez a également surmonté trois doubles fautes.

PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Leylah Annie Fernandez

Malgré ses 39 fautes directes, Fernandez a aussi inscrit 34 coups gagnants, 21 de plus que sa rivale.

Sa victoire l’approche à un gain du tableau principal. Sa prochaine rivale sera l’Américaine Danielle Lao, victorieuse 7-5, 6-7 (2) et 6-3 face à Kurumi Nara, du Japon.

Quant à Bouchard, elle a aussi commis 29 fautes directes, plus du double de sa rivale (13). Trevisan a également obtenu trois des quatre bris du match.

Bouchard a perdu sept jeux de suite à 4-4 au premier set, avant de venir de l’arrière pour prendre les commandes 5-3 au deuxième. Elle a alors reçu l’appui de la — petite, mais bruyante — foule présente dans les gradins. Trevisan a gardé son sang-froid, et conclu la rencontre avec un as.

La Québécoise a indiqué que le vent avait changé de direction pendant la rencontre et que le fait que Trevisan était une gauchère lui avait donné du fil à retordre à cause des effets qu’elle donnait à la balle. Mais une seule chose l’a vraiment ennuyée.

Chaque coup, chaque bruit provenant des joueuses, était décalé d’environ une demi-seconde.

Après le troisième jeu, Bouchard s’est approchée de l’arbitre Carlos Bernardes pour discuter du bruit.

« J’ai dit : "J’ignore si ce sont les haut-parleurs, la télé ou quelque chose du genre, mais je peux entendre notre match en différé d’environ une demi-seconde". Au cours de ce point, je nous entendais pousser des cris en différé, a-t-elle ajouté. C’était vraiment étrange. »

L’écho — provenant d’un écran géant situé derrière l’aréna — s’est poursuivi jusqu’au dernier point du match.

« Ça ne m’était jamais arrivé auparavant », a confié Bouchard.

Elle est toutefois consciente qu’elle sera confrontée à de nombreux défis, alors qu’elle tente de revenir parmi l’élite mondiale. Et elle est prête à y faire face.

« La vie n’est pas un long fleuve tranquille, a-t-elle dit. Il faut tirer du positif de chaque expérience. Il suffit parfois de foncer, tête baissée, et de garder confiance. C’est ce que j’essaie de faire. »

La joueuse de Westmount a ajouté que sa santé et sa condition physique s’étaient améliorées.

« Je me sens habituellement assez bien… Mais aujourd’hui j’avais l’impression d’être lente et je n’avais pas les mêmes sensations qu’à l’habitude, a confié la principale intéressée. C’est une de ces journées où les choses ne fonctionnaient tout simplement pas. Je n’étais pas aussi confortable sur le terrain. Mais de manière générale, je me suis sentie bien. »

Elle se concentrera maintenant sur sa saison sur le circuit Challenger.

Outre Trevisan, les autres qualifiées qui se sont faufilées dans le tableau principal sont les Américaines Ann Li et Shelby Rogers, la Russe Liudmila Samsonova et la Roumaine Monica Niculescu.

D’autre part, les Ontariens Steven Diez et Brayden Schnur ont également été vaincus.

Diez a été battu 6-4 et 7-5 par Hiroki Moriya, du Japon. Schnur a baissé pavillon 7-6 (3) et 6-3 devant Kimmer Coppejans, de la Belgique.

Quatre Canadiens ont déjà leur place au premier tournoi du Grand Chelem en 2020 : Félix Auger-Aliassime, du Québec, Denis Shapovalov et Milos Raonic, tous deux de l’Ontario, ainsi que Vasek Pospisil, de la Colombie-Britannique.

— Avec l’Associated Press