(New York) Simona Halep voulait « rêver en grand » à l’US Open, mais jeudi dès le 2e tour, elle a été rattrapée par la dure réalité et les coups de la jeune Américaine Taylor Townsend, issue des qualifications.

Igor GEDILAGHINE
Agence France-Presse

« Je suis un peu énervée parce que je n’ai pas appliqué la bonne tactique et à cause de mon niveau de jeu. Mais ce n’est pas un drame non plus, elle a très bien joué et méritait vraiment de gagner », a commenté Halep.

Forte de son titre à Wimbledon, la N.4 mondiale était pleine d’ambitions à Flushing Meadows… mais Townsend (116e), devant son public, encore plus.

PHOTO TIMOTHY A. CLARY, AFP

Simona Halep

« Avant, quand je l’affrontais, j’essayais juste de renvoyer la balle, je jouais pour ne pas perdre. Cette fois, j’avais décidé de jouer pour gagner ! », a commenté Townsend.

À 23 ans, elle égale ainsi son meilleur parcours en Grand Chelem : elle avait atteint ce stade pour sa première participation à Roland-Garros en 2014.

Halep, elle, est éliminée prématurément pour la 3e année de suite à l’US Open où elle n’avait pas passé le premier tour en 2017 ni 2018.

Dans le tableau masculin, Alexander Zverev (6e) a réussi à maintenir son niveau pendant 3 h 10 pour venir à bout de Frances Tiafoe (45e) qu’il a éliminé 6-3, 3-6, 6-2, 2-6, 6-3.

PHOTO ROBERT DEUTSCH, USA TODAY SPORTS

Alexander Zverev

« J’ai tout donné », a lâché l’Allemand de 22 ans qui avait déjà disputé cinq sets au 1er tour face à Radu Albot.

Dans cette journée dense en raison du report de 22 simples la veille à cause de la pluie, le Russe Daniil Medvedev (5e) est tombé sur un gros os en la personne du Bolivien Hugo Dellien (84e) qui l’a poussé au bout de ses forces.

« Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai eu des crampes », a commenté l’homme fort de la tournée nord-américaine sur dur après sa victoire 6-3, 7-5, 5-7, 6-3 en 2 h 43.

« J’ai eu des crampes partout dans le corps, jusque dans le petit orteil, ce qui m’a rendu nerveux. Mais je suis toujours là ! », a lancé le Russe de 23 ans qui égale son meilleur résultat à l’US Open en atteignant le 3e tour comme l’an dernier.

Paire, le gâchis

Une raquette minutieusement fracassée par terre a quand même fait les frais de sa frustration et de son énervement après la perte de la 3e manche.

La journée a également été marquée par l’étrange match de Benoît Paire qui a saboté sa partie contre le Slovène Aljaz Bedene (80e) : le Français n’a même pas serré la main de son adversaire à l’issue de la rencontre. Il a expliqué que ce dernier l’avait insulté à plusieurs reprises pendant le match.

Mais quel gâchis ! Paire a mené 5-3 et 40/0 avec, donc, trois balles de match sur son service dans le 4e set… Et dans le 5e, il a pris le service de son adversaire pour mener 3-0, puis 4-1… Mais il a encore commis 6 fautes directes dans le tie break.

Au total sur le match, il a commis 99 fautes directes !

Le cirque Kyrgios

De son côté, la tenante du titre Naomi Osaka, en difficulté lors de son 1er tour, a éprouvé moins de difficultés au 2e pour éliminer la Polonaise Magda Linette (53e) 6-2, 6-4.

La Japonaise, dont le trône mondial est en jeu à Flushing Meadows, a mis deux fois moins de temps pour écarter Linette (1 h 11) qu’il lui en avait fallu au tour précédent (2 h 28) face à Anna Blinkova qui lui avait pris une manche.

Rafael Nadal, dont la moitié de tableau a déjà été décimée de ses têtes de série, a gagné un jour de repos supplémentaire. Il profite du forfait de son adversaire australien Thomas Kokkinakis (203e) pour passer sans jouer au 3e tour.

PHOTO CHARLES KRUPA, AP

Nick Kyrgios

Nick Kyrgios (30e), lui, s’est tranquillement qualifié aux dépens du jeune français Antoine Hoang (104e).

L’Australien est de nouveau sous le coup d’une enquête pour propos déplacés envers l’ATP, qu’il a traitée de « corrompue » en conférence de presse à l’issue de son premier tour. Il avait adouci ses propos quelques heures plus tard, mais l’ATP a maintenu sa procédure.