La Québécoise Aleksandra Wozniak a réussi son entrée dans les Internationaux de France, lundi à Paris, en disposant de la Japonaise Junri Nagimata (118e), 6-1, 6-1. Wozniak, qui a dû passer par les qualifications, n'a laissé aucune chance à sa rivale dans un match qui n'a duré que 61 minutes.

Mis à jour le 23 mai 2011
Michel Marois LA PRESSE

«Je suis vraiment contente de me retrouver ici, à Paris, dans mon tournoi préféré, alors que je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre pour mon retour au jeu, a raconté Wozniak, en conférence téléphonique. Je suis surprise de réaliser à quel point tout va bien après seulement trois semaines de préparation, de voir de quelle façon mon jeu progresse.»

Désormais 162e mondiale après une longue période d'inactivité causée par des blessures, Wozniak a joué lundi comme elle l'avait fait l'an dernier (troisième tour) ou en 2009 (quatrième tour) à Roland-Garros. «J'ai réussi 25 coups gagnants, mon service a très bien fonctionné», a-t-elle expliqué.

«Je vois que mon ancien jeu revient tranquillement. J'ai encore beaucoup de travail devant moi, ce sera un long processus, mais je me sens bien et je suis simplement heureuse d'être de retour et de faire ce que j'aime.»

La joueuse de 23 ans affrontera au deuxième tour la Danoise Caroline Wozniacki, première joueuse mondiale et favorite à Roland-Garros, qui s'est facilement défaite de la Japonaise Kimiko Date-Krumm (56e), 6-0, 6-2.

«Je la connais depuis longtemps et nous nous sommes souvent affrontées, a rappelé Aleksandra. J'ai suivi sa progression à la télévision pendant ma convalescence et je suis contente de voir où elle est rendue. Elle mérite bien ce qui lui arrive.

«Pour ma part, je vais encore jouer sans pression, en essayant simplement de profiter de l'occasion pour continuer à progresser. Tout ce que je veux faire, c'est d'aller sur le terrain et de m'amuser, tout en me concentrant sur les choses que je peux faire. Je vais devoir bien servir, car c'est une fille puissante qui a un excellent retour.»

Le match devrait être disputé mercredi, mais Wozniacki, qui a remporté le tournoi de Bruxelles le week-end dernier et souffre d'un léger étirement musculaire à la cuisse gauche, pourrait demander une journée de repos supplémentaire. «Je sais qu'elle n'était pas contente de jouer aujourd'hui...», a souligné Wozniak.

Il y aura deux Canadiennes au deuxième tour puisque Rebecca Marino, 60e mondiale, avait disposé dimanche de l'Ukrainienne Katerina Bondarenko, 6-3, 6-3. La joueuse de Vancouver affrontera au deuxième tour l'Espagnole Maria Jose Martinez Sanchez (86e)

Défaite de Raonic

Chez les hommes, le jeune Canadien Milos Raonic, 27e mondial et 26e favori à Roland-Garros, a été surpris par l'Allemand Michael Berrer (95e). Le joueur de 20 ans s'est incliné en quatre manches de 4-6, 6-4, 3-6 et 4-6, dans un match complété à la brunante.

Le joueur de Thornhill en Ontario a commis pas moins de 47 fautes directes, n'a réussi que 56% de ses premiers services et a semblé très frustré en fin de match. Berrer, un vétéran de 30 ans, n'avait jamais franchi le premier tour à Paris, mais il a été solide au service et s'est accroché jusqu'au bout des deux heures et trente minutes du match.

Raonic, un spécialiste des surfaces dures, n'avait pratiquement jamais joué sur la terre battue avant cette saison, mais il s'entraîne à Barcelone, avec son entraîneur Galo Blanco, et avait obtenu quelques bons résultats dans les tournois précédents Roland-Garros.

En guise de consolation, Milos pourra maintenant s'attaquer à la préparation des Internationaux de Grande-Bretagne. Il découvrira le gazon de Wimbledon, une autre surface où il est néophyte, mais où plusieurs experts lui prédisent un bel avenir.

Dans un autre match de premier tour à Roland-Garros, le Canadien Frank Dancevic (174e) s'est incliné en quatre manches de 1-6, 1-6, 7-6(5) et 1-6 devant l'Italien Simone Bolelli (126e).

Ce seront donc encore les joueuses qui défendront l'honneur du Canada au deuxième tour du simple à Paris.