Deuxième joueuse canadienne depuis quelques saisons, Stéphanie Dubois doit faire face cette saison à une vive opposition. Après avoir été brièvement doublée par Valérie Tétreault au début de la saison, Dubois doit maintenant se méfier de l'Ontarienne Sharon Fichman.

Michel Marois LA PRESSE

Et l'enjeu est de taille puisqu'il pourrait s'agir d'un laissez-passer pour le tableau principal de la Coupe Rogers à Montréal. Dubois occupe présentement le 125e rang mondial alors que Fichman est 142e. Les deux joueuses disputeront toutefois chacune deux tournois avant Montréal, et le classement pourrait être renversé.

En fait, tout se jouera sans doute à Vancouver, au début août, quand Dubois et Fichman se retrouveront pour un challenger 75k. Dubois avait remporté ce tournoi l'été dernier et devra donc défendre de précieux points. Fichman s'était arrêtée en demi-finale.

En principe, les organisateurs de la Coupe Rogers ont trois laissez-passer pour le tableau principal. L'un d'eux devrait aller à Aleksandra Wozniak, qui n'est que quatrième suppléante pour l'instant en raison de son 50e rang mondial.

Plusieurs joueuses de renom, dont Ana Ivanovic, ont approché Eugène Lapierre pour obtenir un laissez-passer, et ce sera sans doute difficile de réserver les deux dernières passes pour des joueuses canadiennes. «Nous attendrons la dernière minute pour prendre une décision, a expliqué Lapierre. S'il n'y a qu'une autre place directe pour une Canadienne, ce sont les entraîneurs de Tennis Canada qui trancheront et ils iront avec le classement mondial.»

Les autres Canadiennes devront alors passer par les qualifications. À moins que Lapierre ne dise à Ivanovic et aux autres vedettes internationales en manque de bon classement qu'elles n'ont qu'à se qualifier! Avouez que ça nous ferait un beau week-end de qualifs avant le début du tableau principal.