Badou Jack a lâché une véritable bombe par l’entremise de son compte Twitter, tard vendredi soir. Le boxeur suédois affirme que Jean Pascal aurait échoué à un contrôle antidopage et que leur combat du 6 juin serait par conséquent annulé.

Frédérick Duchesneau
Frédérick Duchesneau La Presse

Pour le moment, aucune réaction du clan Pascal ni de la Voluntary Anti-Doping Association (VADA), organisation indépendante qui aurait mené les tests.

« Il a été testé positif à trois stéroïdes différents, écrit Badou Jack. Nous l’avions suspecté au premier combat et la VADA l’a confirmé cette fois. Je me battrai tout de même le 6 juin et mon équipe cherche un autre adversaire. »

Deux heures plus tôt, il avait publié un laconique « Alhamdulillah (Dieu merci) for Vada Testing », avant de préciser la teneur de son message ultérieurement.

Selon Mike Coppinger, de The Athletic, l’échantillon A du Québécois aurait révélé la présence d’épitrenbolone, de drostanolone et de drostanolone métabolite A. Kevin Iole, de Yahoo Sports, avait été le premier à révéler les substances.

Il s’agissait d’un combat revanche pour Badou Jack (23-3-3, 13 K. -O.), avec à l’enjeu la ceinture WBA des mi-lourds détenue par Jean Pascal (35-6-1, 20 K. -O.). Ce dernier avait remporté le premier affrontement par décision partagée, fin décembre 2019, à Atlanta.

Il devait avoir lieu en demi-finale du duel entre Floyd Mayweather et l’influenceur Logan Paul, au Hard Rock Stadium de Miami.

Jean Pascal s’entraînait à Porto Rico depuis près de six mois, plus précisément à Dorado, 30 minutes à l’ouest de la capitale, San Juan, sur la côte nord de l’île. Un exil qui lui a coûté extrêmement cher, mais qui lui serait bénéfique le soir du combat, prédisait-il.