Le conseil fédéral de la Fédération française de football (FFF) a confirmé mardi qu'aucun des trois joueurs sanctionnés pour avoir participé à la mutinerie de Knysna lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud ne pourra disputer le prochain match des Bleus, en ouverture des éliminatoires de l'Euro 2010, contre la Biélorussie le 3 septembre prochain.

Mis à jour le 24 août 2010
Jean-Luc Courthial ASSOCIATED PRESS

Patrice Évra, Franck Ribéry et Jérémy Toulalan, condamnés par la commission de discipline le 17 août dernier respectivement à cinq, trois et un matchs de suspension pour avoir joué un rôle de meneurs dans la grève de l'entraînement le 20 juin dernier, durant le Mondial, ne pourront disputer cette rencontre au Stade de France, même s'ils font appel.

Évoquant les sanctions prises par la commission fédérale de discipline, la FFF note dans un communiqué à l'issue d'une réunion du conseil fédéral «que seul un appel, qui n'est pas suspensif, peut permettre désormais un nouvel examen des faits». Soucieux de respecter ses règlements, le conseil fédéral n'interviendra pas dans le déroulement de la procédure engagée par les organes disciplinaires compétents et prendra acte de leurs décisions, précise ce communiqué.

Selon son avocat, Me Jean-Yves Foucard, Évra, capitaine des Bleus en Afrique du Sud, a fait appel lundi de ses cinq matchs de suspension. Cet appel n'était pas arrivé mardi à la FFF, a-t-on précisé au service de presse.

Les joueurs ont dix jours pour faire appel. En appel, la peine peut être réduite, confirmée ou aggravée.

Dans une lettre ouverte adressée à la FFF, des personnalités du football, dont les anciens sélectionneurs Michel Hidalgo et Aimé Jacquet, ont demandé à la Fédération de revenir sur ses sanctions au nom de l'intérêt supérieur du sport. Ils jugent que le nouveau sélectionneur, Laurent Blanc, doit pouvoir disposer de toutes ses forces vives pour entamer brillamment les éliminatoires de l'Euro 2012 et définitivement faire oublier le fiasco sud-africain, où les Bleus ont été piteusement éliminés au premier tour.

«D'autres événements nous forcent à demander que lesdites sanctions soient levées ou transformées en travaux d'intérêts collectifs, d'ici à jeudi, date à laquelle Laurent Blanc donnera la liste des joueurs appelés à disputer les deux premières rencontres des éliminatoires de l'Euro 2012: la blessure de Samir Nasri, ajoutée à la suspension de Yoann Gourcuff (...) contrarient inévitablement déjà les plans du sélectionneur», écrivent-ils dans cette lettre ouverte publiée lundi.

«Même si le successeur de Raymond Domenech a tenu à préciser que nul n'est irremplaçable, nous comprenons, à l'entendre, que la situation n'est pas faite pour arranger ses affaires, ni celles de l'équipe de France, cela va de soi», ajoutent-ils en estimant que la sanction d'un match de suspension pour l'ensemble des 23 joueurs de Knysna retenue par Blanc lors de son premier match face à la Norvège le 11 août dernier était juste et suffisante.

La commission de discipline a disculpé Éric Abidal, appelé à comparaître lui aussi, alors que Nicolas Anelka a été sanctionné pour sa part de 18 matchs ferme pour avoir insulté Domenech en Afrique du Sud. Anelka a indiqué après la sanction que porter le maillot de l'équipe de France ne l'intéressait plus.

Blanc va annoncer jeudi le groupe de joueurs retenus pour affronter la Biélorussie le 3 septembre, puis dans la foulée la Bosnie, le 7 septembre.