(Montréal) Alors que les discussions continuent avec la Santé publique pour tenir des rencontres de l’Impact de Montréal au stade Saputo, le président et chef de la direction de l’équipe, Kevin Gilmore, espère obtenir « plus tôt que plus tard » une approbation des autorités pour accueillir plus de 250 partisans à la fois.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Entre maintenant et notre premier match, on va étudier le dossier. On a déjà fait des analyses pour voir quelle serait notre capacité, en respectant les consignes sanitaires en place », a expliqué M. Gilmore, lors d’une conférence de presse virtuelle en début d’après-midi samedi.

Au début de la semaine, Québec a augmenté le nombre maximal de personnes autorisées dans les lieux publics intérieurs et extérieurs, qui est passé de 50 à 250. Ces personnes devront toutefois être assises à au moins 1,5 m les unes des autres, sauf dans le cas des membres d’un même ménage. Celles qui restent debout devront quant à elles respecter la règle des deux mètres. Et lors des déplacements, le couvre-visage sera obligatoire.

Pour laisser entrer plus de 250 personnes au stade Saputo, il faudrait par exemple séparer l’enceinte sportive en plusieurs secteurs, à l’instar du Casino de Montréal, qui peut accueillir jusqu’à 1500 personnes réparties dans six secteurs distincts.

Être « l’un des plus sécuritaires en ville »

Pour le président du onze montréalais, il importe de penser à tout pour rassurer les autorités. « Le mandat que j’ai donné à mon staff, c’est de rendre une visite au stade Saputo l’une des activités de divertissement les plus sécuritaires en ville. C’est ça, notre but », a-t-il fait savoir.

Plus tôt que plus tard, on espère être capables de mettre en place notre plan, […] afin d’avoir une approbation pour une foule au-delà de 250 personnes.

Kevin Gilmore, président et chef de la direction de l’Impact de Montréal

M. Gilmore dit espérer que les « conditions s’améliorent » dans les prochaines semaines à Montréal et au Québec « du point de vue de la pandémie ». « On veut que nos mesures donnent assez de confort à la Santé publique pour aller jusqu’à une capacité qui répond aux mesures de distanciation », a-t-il illustré.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Kevin Gilmore, président et chef de la direction de l’Impact de Montréal

Chose certaine, les partisans ont hâte de voir leur équipe à l’œuvre, affirme le président du club montréalais. « Nos sondages montrent clairement que les partisans ont hâte de revenir et, surtout, qu’ils sont confiants que l’aspect sécuritaire sera en place », a-t-il dit, assurant que le processus de vente des billets serait « juste pour tout le monde ».

Des tests de dépistage « fréquents »

Plus tôt, la MLS a annoncé qu’elle reprendrait ses activités dans les marchés locaux américains à partir du 12 août. La situation des équipes canadiennes est toutefois moins claire pour le moment, l’Ontario et la Colombie-Britannique n’ayant pas statué sur le retour au jeu dans les stades.

« De plus amples détails sur le calendrier des équipes canadiennes » seront dévoilés prochainement, a indiqué la MLS. « L’idée est d’essayer de jouer nos matchs dans la même période de temps que les clubs américains », a souligné M. Gilmore à ce sujet.

Aux États-Unis, la reprise du jeu « comprendra des protocoles de santé et de sécurité complets, dont de fréquents tests de dépistage de la COVID-19 auprès des joueurs, des entraîneurs et du personnel essentiel ». Ainsi, chaque équipe jouera au total 18 matchs de saison, par étapes, jusqu’au 8 novembre, dernière journée du calendrier officiel. La Coupe MLS, elle, devrait avoir lieu le 12 décembre.

La Ligue affirme qu’elle portera une attention particulière à l’efficacité des déplacements. « Les équipes prendront des avions et des autocars affrétés spécialement et, lors de la majorité des déplacements, arriveront sur le territoire de leur adversaire le jour du match et en repartiront le soir même », explique-t-elle.