Qui gagnera la Ligue des champions 2019-2020 ? Après une pause de cinq mois, la compétition reprend aujourd’hui avec la conclusion des huitièmes de finale. La suite de l’épreuve prendra un format inhabituel, adapté au contexte de la COVID-19.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

12 équipes

La pandémie a stoppé la Ligue des champions en plein milieu des huitièmes de finale. Il reste donc quatre matchs à disputer à ce stade de la compétition pour que le portrait des quarts soit complet : Juventus Turin-Olympique Lyonnais, Manchester City-Real Madrid, Bayern Munich-Chelsea et FC Barcelone-Naples.

La surprenante Atalanta Bergame, le Paris Saint-Germain, le RB Leipzig et l’Atletico Madrid sont déjà qualifiés.

PHOTO CHRISTIAN HARTMANN, ARCHIVES REUTERS

Depuis l’arrêt forcé par la pandémie, en mars dernier, le Paris St-Germain a dû se contenter de disputer quelques rares matchs amicaux et deux finales intérieures.

Depuis le mois de mars, les équipes ont connu des programmes bien différents. Le PSG, par exemple, a dû se contenter de disputer des matchs amicaux et deux finales intérieures. On a vu une équipe en manque de repères et à court de forme physique.

En Italie, le championnat ne s’est terminé que dimanche dernier au terme d’un sprint de 44 jours. Cette différence de rythme se percevra-t-elle à Lisbonne ?

11 matchs

Comme ailleurs dans le monde, l’UEFA a bien dû adapter le format de ses compétitions. La Ligue Europa a déjà repris en milieu de semaine dans quatre villes allemandes. Lisbonne a été le choix de l’UEFA pour terminer une Ligue des champions à partir des quarts de finale. En tout, sept matchs seront disputés entre les 12 et 23 août.

PHOTO PATRICIA DE MELO MOREIRA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

La ville – et le stade – de Lisbonne a été le choix de l’UEFA pour terminer une Ligue des champions à partir des quarts de finale.

Contrairement au format habituel, il n’y aura pas de confrontations aller-retour en quarts, puis en demi-finales. Un seul match sera nécessaire afin de ne pas étirer la compétition.

Seul changement pour la finale : elle se tiendra un dimanche soir – milieu d’après-midi au Québec – alors qu’elle se dispute habituellement le samedi. Tous les matchs se tiendront à huis clos.

À noter que cinq changements seront permis en cours de match et que les entraîneurs pourront compter sur 23 joueurs au lieu de 18.

Les absents

Cette fin de saison particulière ne se fait pas sans conséquence. Certains joueurs ont ainsi déjà quitté leur club pourtant encore en lice en Ligue des champions. On pense immédiatement à l’attaquant Timo Werner, qui a refermé son chapitre à Leipzig pour ouvrir celui à Chelsea. Cette année, l’Allemand avait inscrit 28 buts en championnat et 4 autres en Ligue des champions.

PHOTO REUTERS

L’Allemand Timo Werner, ancien du RB Leipzig, s’aligne désormais avec Chelsea, mais ne pourra participer au reste du tournoi de la Ligue des champions.

Pour autant, il ne pourra pas s’aligner avec Chelsea lors du huitième de finale retour contre le Bayern Munich. « Il ne sera pas possible pour les clubs d’inscrire des joueurs récemment transférés », stipule l’UEFA.

L’attaquant de Manchester City Sergio Aguero, opéré du genou à la fin de juin, ne sera pas disponible contre le Real Madrid. Le statut de Kylian M’Bappé, victime d’une entorse à une cheville le 24 juillet, a longtemps été incertain. Il devrait cependant être disponible pour le quart de finale du 12 août.

Finalement, Mariano Diaz, du Real Madrid, ne sera pas à Lisbonne en raison d’un test positif à la COVID-19. Cette perte n’est pas très grande sur le plan sportif, puisqu’il a peu joué en 2019-2020, mais elle démontre que le risque de contagion est encore bel et bien présent malgré les grandes précautions.

Les favoris

Excluant l’Inter Milan ou Liverpool, tenant du titre, les grands d’Europe sont encore tous en lice. Mal en point avant le confinement, le Real Madrid démarre ce sprint après un parcours quasi parfait en Liga : 10 victoires et 1 match nul. Zinédine Zidane va-t-il mener le Real à une quatrième victoire européenne en cinq ans ? Il faudra d’abord gagner sur le terrain de Manchester City en huitièmes de finale sans Sergio Ramos, suspendu, et Gareth Bale, mis à l’écart.

PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS

Il reste quatre matchs à disputer à la ronde des huitièmes de finales pour que le portrait des quarts soit complet. Par la suite, il restera huit équipes qui se disputeront les grands honneurs.

À Barcelone, le début d’été a été pénible entre des résultats en dents de scie, un entraîneur sur la sellette et des performances individuelles en deçà des attentes.

Le Paris Saint-Germain, qui rêve d’une Ligue des champions, devra d’abord écarter l’Atalanta que l’on admire pour ses qualités offensives et la qualité de son jeu.

Selon Jurgen Klopp, entraîneur de Liverpool, les deux favoris sont plutôt Manchester City et le Bayern Munich. L’équipe de l’Albertain Alphonso Davies a connu une saison d’une remarquable constance : 39 victoires, 4 matchs nuls, 5 défaites et des titres en championnat et Coupe d’Allemagne. Son attaquant Robert Lewandowski a déjà marqué 51 buts cette saison.

Tous les matchs seront diffusés sur DAZN.