L’Impact a exercé l’option des contrats de 11 joueurs, cet après-midi, dont ceux de Nacho Piatti, Samuel Piette, Romell Quioto et Saphir Taïder. Les grandes manœuvres se poursuivent également pour tenter de conserver les joueurs prêtés la saison dernière. Tour d’horizon avec le directeur sportif, Olivier Renard. 

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse


Pas de problème avec Piatti

L’Impact a de nouveau confirmé avoir levé l’option du contrat de Nacho Piatti pour la prochaine saison. Ce n’est donc pas la nouvelle qui retient l’attention, mais encore et toujours la réaction du joueur désigné qui avait sciemment quitté le Centre Nutrilait avant le bilan de fin de saison. Même si ce coup d’éclat tranche avec les habitudes de Piatti, Renard n’a aucun doute que l’Argentin n’est pas déçu de la tournure des événements.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Olivier Renard

« Il y a quelqu’un du club qui parle avec Nacho. Je comprends que, pour les médias, ce soit la saga de fin de saison, mais il n’y avait pas de problème à lever l’option. […] Nacho avait fait des déclarations [à l’effet qu’il voulait rester]. Il a toujours été un joueur important même s’il a eu des soucis de blessures l’an dernier. Ça reste une personnalité et on est content d’avoir levé l’option. »

En 2019, Piatti a inscrit trois buts et délivré une passe décisive en 11 rencontres.

Une seconde chance pour Quioto

PHOTO THOMAS SHEA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Romell Quioto (31), à gauche, fait trébucher l’ancienne vedette du LA Galaxy, Zlatan Ibrahimovic

Le nouveau renfort montréalais, l’ailier Romell Quioto, est loin d’avoir une réputation immaculée dans la MLS. En fin de saison dernière à Houston, il avait été mis à écart après avoir asséné un vicieux coup de coude à un adversaire. En 2018, il avait également eu des démêlés avec la justice.

« Ce sera à nous de le mettre dans un nouveau contexte de confiance. Le coach [Thierry Henry] parle espagnol et, pour lui, ça va être un point important. Tout le monde mérite une seconde chance et à partir du moment où ses prestations sportives vont être bonnes, son adaptation avec les médias et le public va être facilitée. »

Selon Renard, la transaction — Victor Cabrera et une somme de 100 000 $ — permet au club de récupérer une place de joueur étranger et d’obtenir un joueur offensif polyvalent. Il peut jouer sur les deux flancs, mais aussi comme attaquant axial.

« Pas sur le point de trouver un accord »

Dès le mois de juillet, Samuel Piette révélait que des négociations avaient démarré avec le club afin de revoir son salaire à la hausse. Quatre mois plus tard, la situation n’a pas franchement bougé. « Entre l’offre et la demande, je ne dirais pas qu’on est loin, mais on n’est pas sur le point de trouver un accord, a distingué Renard. Mais le but est d’essayer de garder Sam près de nous. »

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Samuel Piette

Il espère aussi une nouvelle entente avec Anthony Jackson-Hamel. Dans le cas de l’attaquant, l’Impact n’a pas exercé son option pour l’année 2020. « Nous avons jugé que l’option est supérieure par rapport à ce que nous voulons faire. […] Lui et son entourage sont conscients que la saison dernière n’a pas été sa meilleure. On est en train de trouver le meilleur accord pour que le joueur soit motivé à rester ici. »

Ça discute pour Ballou et Brault-Guillard

Comme prévu, les prêts de Ballou Jean-Yves Tabla et de Zachary Brault-Guillard se sont achevés au terme de la dernière saison. L’Impact affiche toutefois la volonté de ramener les deux jeunes joueurs.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Ballou Jean-Yves Tabla

Dans le premier cas, l’Impact est en discussion avec le FC Barcelone, que Ballou avait rejoint en janvier 2018, et l’agent du joueur. Et pour le Lyonnais Brault-Guillard qui a déjà remercié les partisans montréalais sur les réseaux sociaux ?

« L’option était très élevée et si on ne l’a pas levée, ce n’est pas par rapport à la qualité du joueur, a poursuivi le directeur sportif. C’était pour renégocier et nous sommes en train de regarder plusieurs solutions. »

Le retour de Brault-Guillard serait capital si Bacary Sagna n’était plus avec le Bleu-blanc-noir en 2020. La réflexion du club à son égard se poursuit d’ailleurs. Même cas de figure pour Rod Fanni. « Ils sont étrangers et il va falloir continuer à peser le pour et le contre. Est-ce qu’on continue avec les deux, un seul ou aucun des deux ? »

Okwonkwo n’est pas contre une deuxième saison

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Orji Okwonkwo

Six joueurs étaient déjà sous contrat pour 2020 : Evan Bush, Rudy Camacho, Jukka Raitala, Karifa Yao, Bojan et Maximiliano Urruti. À l’autre bout du spectre, le club n’a pas exercé les options de Jason Beaulieu, Daniel Kinumbe, Thomas Meilleur-Giguère, Omar Browne, Ken Krolicki et Jeisson Vargas.

Le gardien Clément Diop, qui a finalement eu sa chance en fin de saison, est sans contrat.

À noter que le prêt de Lassi Lapalainen a été prolongé jusqu’à la fin du mois de juin tandis qu’Orji Okwonkwo, également membre de Bologne, se serait montré « ouvert » à poursuivre l’aventure à Montréal. Finalement, une confirmation devrait bientôt survenir quant au retour de l’entraîneur des gardiens Rémy Vercoutre et de l’entraîneur adjoint Wilfried Nancy.