(Ottawa) Le Fury d’Ottawa a suspendu ses activités, ce qui signifie la fin du soccer professionnel dans la région de la capitale nationale et la dissolution du club partenaire de l’Impact de Montréal.

La Presse canadienne

L’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), qui était propriétaire de la formation dans la United Soccer League, a annoncé la décision vendredi.

Le Fury était partenaire de l’Impact depuis trois saisons et acceptait de recevoir des joueurs de la formation de la MLS par le biais de prêts.

« Une équipe réserve ou affiliée est essentielle afin de donner du temps de jeu à nos jeunes joueurs. Nous tenterons donc de trouver une solution pour le futur en analysant toutes les options possibles », a déclaré Vassili Cremanzidis, responsable de l’analytique et directeur adjoint du personnel des joueurs de l’Impact, principal contact du club entre la première équipe et le Fury FC.

L’équipe a indiqué qu’elle était incapable d’obtenir les autorisations nécessaires par les instances dirigeantes pour participer aux activités de l’USL en 2020.

Le Fury a commencé à se battre tard l’an dernier afin de recevoir les autorisations de la CONCACAF pour évoluer en USL en 2019. La CONCACAF, qui supervise le soccer en Amérique du Nord, en Amérique centrale et dans les Caraïbes, ne voulait pas autoriser le club d’Ottawa à jouer dans une ligue américaine quand une alternative canadienne — la nouvelle Première Ligue canadienne — lançait ses activités.

La CONCACAF avait changé son fusil d’épaule quand le Fury avait porté sa cause devant le Tribunal arbitral du sport.

L’OSEG, qui est aussi propriétaire du Rouge et Noir dans la LCF et des 67’s dans l’OHL, a lancé son équipe masculine professionnelle de soccer en 2014 au sein de la NASL, puis a rejoint les rangs de l’USL en 2017.