(Montréal) Le soccer est un sport qui se pratique sur une vaste pelouse, mais il se joue aussi dans la tête de ses athlètes. Et c’est ce dernier aspect qui est ressorti des mêlées de presse qui ont suivi la séance d’entraînement des joueurs de l’Impact de Montréal, mardi.

Michel Lamarche
La Presse canadienne

Après avoir ruminé pendant plus de deux jours un verdict nul de 3-3 à saveur de défaite contre le FC Dallas, samedi au stade Saputo, les joueurs montréalais ont renoué avec le Centre Nutrilait dans un état d’esprit qui a semblé plaire à Rémi Garde.

« Je voulais voir des joueurs qui relèvent la tête, parce qu’on a eu, évidemment, une soirée difficile », a déclaré Garde en faisant allusion à l’effondrement de sa troupe en deuxième demie.

« Maintenant, il faut se projeter vers l’avant. Je pense qu’on a une fin de saison qui sera de toute façon difficile dans le sens où tout va se jouer à très peu de choses. Je voulais les voir positifs, je voulais les voir avec de l’envie, de l’enthousiasme, aussi de la qualité dans l’entraînement et c’est ce que j’ai trouvé. Donc, c’était une bonne séance, une bonne reprise après ce qui nous est arrivé », a-t-il ajouté au terme d’une séance plutôt énergique, longue d’environ 90 minutes.

Lors de sa rencontre avec les journalistes, Garde n’a évidemment pas pu éviter les questions sur les ennuis de l’équipe lors des phases arrêtées, qui ont non seulement mené au match nul de samedi, mais à une défaite sur un autre but tardif, une semaine plus tôt à Chicago.

« Ce qui est rageant, c’est que trois jours avant (le match contre FC Dallas), à Calgary, on avait subi un véritable entraînement sur ces phases-là », a noté Garde en parlant du match retour de la demi-finale du Championnat canadien.

« On avait absolument bien répondu et là, on a failli une nouvelle fois et c’est vraiment dommage. C’est une période, c’est comme ça, c’est un contre un, c’est le marquage, c’est jusqu’au bout. On ne doit pas lâcher. Je vous le dis : trois jours avant on l’a fait, trois jours après, on a été plus fragile. C’est une remise en question individuelle. Il faut qu’on soit meilleur sur ces phases-là, point final. »

Pour le reste de sa sortie devant les journalistes, Garde a surtout parlé du volet psychologique et de tout ce qui relève du caractère et de la confiance, alors que sa troupe amorcera la dernière étape du calendrier régulier samedi, à Toronto. Or, l’entraîneur-chef a manifesté la sienne à l’endroit de ses joueurs.

« Je connais les difficultés, voire les défauts de mon équipe ou de certains joueurs, mais je connais aussi leurs qualités. Je pense que ce sont des compétiteurs. On n’a pas fait tout ce chemin-là, avec toutes les difficultés qu’on a eues sans’Nacho’et ainsi de suite pour se dire’on va être fataliste maintenant’. Je l’ai rappelé, la fin de saison, les sept ou huit derniers matchs selon les équipes, seront tous difficiles à gagner. C’est la réalité. Ça ne sera pas plus difficile pour nous que pour les autres. Ça sera tout simplement les plus forts au niveau mental qui passeront, je pense. »

Tour à tour, Bacary Sagna et Daniel Lovitz ont également manifesté leur confiance en vue du sprint final. Selon Sagna, il s’agit d’abord et avant tout de blocage psychologique.

« Je ne pense pas qu’on ait rien à envier à une équipe de ce championnat. Je pense qu’on a prouvé qu’on peut bien jouer, on peut mettre des équipes en difficulté. On l’a fait contre Philadelphie, sans avoir encaissé (de buts). On a mis Dallas en difficulté pendant une heure. Au niveau de la confiance, c’est surtout dans la tête que ça se passe. »

Pour Lovitz, il est temps de voir l’Impact afficher une forme de régularité plutôt que de connaître des hauts et des bas continuels.

« La meilleure source de confiance vient de notre façon de jouer et de ce que nous faisons pendant 90 minutes. Nous savons que quand nous faisons les bonnes choses, que nous jouons de la bonne façon, nous sommes une équipe difficile à vaincre que ce soit à domicile ou à l’étranger. Je ne veux plus avoir l’impression de me balader en montagnes russes et on dirait que c’est ce que nous faisons depuis un certain temps. Ce n’est pas sain, ce n’est pas soutenable. La meilleure façon d’aller de l’avant, c’est de se concentrer sur un match à la fois et aborder le défi avec enthousiasme. »

L’Impact (10-13-4) et le Toronto FC (9-10-7) amorceront leur duel à égalité avec 34 points. Pour l’instant, l’Impact occupe le septième rang de l’Association Est, le dernier donnant accès aux séries éliminatoires, à cause d’un plus grand nombre de victoires.

Toutefois, le Orlando City SC (9-11-7), qui totalise aussi 34 points, pourrait passer devant la formation montréalaise avec un match nul contre le Atlanta United FC, vendredi soir.