La vedette du FC Barcelone, Lionel Messi, n'a pas trouvé la faille à Lyon : le club français, pour son retour en 8es de finale de Ligue des champions après sept ans d'absence, a tenu tête à l'ogre Barça (0-0), préservant ses chances de qualifications pour les quarts.

YASSINE KHIRI AGENCE FRANCE-PRESSE

À voir comment Jason Denayer, incertain avant la rencontre en raison de douleurs à l'adducteur, a été omniprésent pour contrecarrer les attaques catalanes, les 60 000 supporters lyonnais présents peuvent pousser un cri de soulagement. Et d'espoir.

Car si l'Olympique lyonnais a paru démuni sur le plan offensif pour inquiéter le Barça, l'équipe de Bruno Genesio a démontré une remarquable solidité conforme à son objectif : imiter l'AS Roma, tombeur à la surprise générale du club catalan l'an dernier en quarts de finale.

Pourtant, le Barça a tout tenté pour déstabiliser l'imprenable bloc lyonnais, avec Messi à la pointe dans une position classique de N.10, Luis Suarez dans le rôle de créateur d'espaces, et les très mobiles Ousmane Dembélé et Jordi Alba pour animer le côté gauche.

Dès la 3e minute, Messi s'est mis en évidence en poussant Aouar à l'entrée de la surface. Mais son coup franc idéalement placé n'a rien donné. De quoi donner le ton de la soirée.

Terrier, invité surprise et barre transversale

C'est l'invité surprise Martin Terrier, titularisé au détriment de Maxwel Cornet, qui a failli ouvrir le score et donner raison au coaching osé de Genesio. Après une bonne remise de Moussa Dembélé, l'ex-Strasbourgeois ne s'est pas posé de questions en lâchant un missile de 25 mètres, dévié toutefois au dernier moment par Ter Stegen sur la barre transversale (9e).

Après cette chance, Messi s'est mis à accélérer pour sanctionner l'attitude trop défensive des Lyonnais mais Denayer l'a contré au denier moment (14e), et sa reprise, sur un centre en retrait parfait d'Alba, s'est envolée au-dessus du cadre. 

En souffrance, malgré un Tanguy Ndombélé rayonnant dans l'entre-jeu, Lyon a aussi concédé de nombreuses occasions à Ousmane Dembélé. Comme son capitaine, le champion du monde français n'a pas réussi à conclure son joli raid en butant sur un Lopes vigilant (19e), et en voyant son tir vicieux passer tout près du poteau (45e).

Et quand l'OL a réussi à mettre le pied sur le ballon, ce sont les maladresses techniques dans le dernier geste qui l'ont empêché de se montrer dangereux, à l'image d'un Memphis Depay sur courant alternatif.

Memphis n'a pas fait oublier Fekir

En l'absence de Nabil Fekir, capitaine suspendu pour ce match aller, le Néerlandais n'a pas été à la hauteur du statut qu'il revendique : être un joueur capable de créer des différences dans les grands matchs... pour un jour signer dans un club de la dimension de Barcelone.

Il aurait toutefois pu être crédité d'une passe décisive pour Moussa Dembélé, repris au dernier moment par Piqué (29e), tout en étant à l'origine du plus beau mouvement du match juste avant la mi-temps. Sur une séquence digne du Barça époque Josep Guardiola, l'attaque de «Pep» Genesio a joué en une touche de balle pour mettre en orbite Terrier mais son tir est passé largement au dessus (45e).

Et sur un ballon qui traînait dans la surface, Memphis a déclenché un tir audacieux qui aurait pu tromper Ter Stegen s'il avait été cadré (54e), tandis que son centre fuyant n'a pas pu être repris au terme d'un bon débordement (62e).

La star lyonnaise peut se consoler, Messi a tout tenté mais n'a rien réussi face à la vaillante défense lyonnaise et un Anthony Lopes en état de grâce (65e), à l'image de coup franc encore manqué en fin de match (89e).

L'entrée de Coutinho à la place d'Ousmane Dembélé (67e) a pourtant failli faire mouche. Mais Suarez a raté un but tout fait sur un centre en retrait du Brésilien (71e), et son tir a été repoussé par Lopes (76e), l'autre héros de la rencontre avec Denayer.

À Lyon maintenant de marquer en Catalogne lors du match retour, le 13 mars, pour rêver d'un quart de finale. Avec le retour de son magicien Fekir, tout est possible.  

Liverpool maladroit 

10 titres en C1 à eux deux, mais aucun but à l'issue du match aller, Liverpool et le Bayern Munich se sont séparés sur un 0-0 à Anfield mardi.

Finaliste face au Real Madrid l'an passé, les « Reds » peuvent regretter de ne pas aborder le match retour à Munich avec une victoire à domicile, la faute en partie aux ratés de leur attaquant sénégalais Sadio Mané.

Avec la règle du but à l'extérieur, ce 0-0 n'est pas forcément un mauvais résultat pour Liverpool qui retrouvera pour le match retour son roc néerlandais van Dijk, suspendu mardi.

Mais le Bayern, demi-finaliste la saison passée, a montré qu'il avait retrouvé des couleurs depuis son début de saison raté.

Pour l'entraîneur des « Reds » Jürgen Klopp, la revanche face aux Bavarois, qui l'avaient privé en 2013 d'un sacre en C1 avec Dortmund en finale, attendra le 13 mars.