Le premier entraînement de la saison au Centre Nutrilait a tourné au cauchemar pour Zakaria Diallo, blessé au tendon d'Achille, et remis de l'avant le manque de profondeur montréalais dans ce secteur névralgique.

Pascal Milano LA PRESSE

L'Impact n'a maintenant plus le choix de se tourner vers l'extérieur pour combler le trou béant laissé par le défenseur central, qui pourrait rater jusqu'à six mois, selon TVA Sports.

Diallo s'est blessé dès les premières minutes d'une séance organisée sur l'un des deux terrains synthétiques du centre d'entraînement. Après s'être écroulé au sol, le Franco-Sénégalais a rapidement été transporté à l'intérieur par des thérapeutes.

L'Impact n'a pas encore confirmé le diagnostic, mais la blessure a immédiatement semblé sérieuse. À quelques jours du début de saison, elle vient fragiliser encore davantage un effectif qui ne se caractérise pas par sa profondeur.

Pour ne rien arranger, Victor Cabrera a également eu droit à un menu minceur, mardi, en s'entraînant en solitaire pendant quelques minutes seulement. Plus bas dans la hiérarchie, Thomas Meilleur-Giguère, qui a très peu joué dans la dernière année, n'était pas non plus sur le terrain, tandis que Kyle Fisher ratera plusieurs mois en raison d'une fracture de stress au tibia gauche. Pour les besoins de la séance, Jukka Raitala - qui peut dépanner dans ce rôle - et Louis Béland-Goyette ont formé la charnière centrale.

Du renfort

Dimanche, à Vancouver, il est tout à fait convenable d'envisager une paire composée de Cabrera et Raitala, dont la position préférentielle est arrière gauche. Mais le coup dur de mardi oblige Adam Braz et Rémi Garde à obtenir du renfort dans les prochains jours.

Le chemin le plus simple pour l'acquisition d'un tel défenseur ayant le niveau physique pour jouer rapidement est de transiger avec une autre équipe de la MLS. Cela dit, l'interlocuteur pourra facilement se servir de cette situation difficile, en défense centrale, pour faire grimper les enchères. L'Impact peut également chercher du côté de l'Europe, mais hier encore, Garde a réitéré sa difficulté à traiter avec les clubs du Vieux Continent au beau milieu de leur saison.

La blessure de Diallo est d'autant plus inopportune que son association avec Cabrera avait été l'une des satisfactions du camp d'entraînement. Outre sa qualité dans le jeu aérien, il avait montré de belles choses en relance. Si on exclut le match contre l'Union de Philadelphie, alors que les remplaçants avaient cédé 5-0, l'Impact n'a accordé que quatre buts en quatre rencontres. Deux seulement l'ont été lorsque Diallo était associé à l'Argentin.

«Ces deux-là ont été fantastiques, et particulièrement Victor lors du dernier match contre David Villa, a estimé Evan Bush. Oui, il a marqué deux buts, mais ce n'était pas en raison de problèmes défensifs, puisqu'il s'agissait d'un coup franc et d'un cadeau en arrière. À part ça, il a dominé Villa, et s'il peut élever son niveau contre un tel joueur, il peut maintenant le faire chaque semaine.»

Justement, ce n'est pas tant la qualité qui fait défaut chez Cabrera, mais son incapacité à rester constant durant toute une saison. Durant les séries de 2016, il avait candidement avoué à La Presse «avoir manqué un peu de motivation par moments».

«[La constance], ça vient avec la maturité et l'âge, a répondu Bush. Cela fait trois ou quatre ans [il démarre sa quatrième année] qu'il est avec nous, et ce sont des choses qui se développent avec le temps. Il a repris l'année avec un état d'esprit sérieux et en étant bien plus en forme.»

Au-delà de la défense centrale, c'est tout le secteur défensif qui a été revu par Garde au cours des dernières semaines. Il a rapidement insisté sur la nécessité d'une meilleure cohésion entre les lignes.

«Le bloc est un peu plus bas. On est plus unis et plus serrés. On ne va pas courir et presser n'importe où. Ce sera de la pression et une structure défensive intelligente, a analysé Samuel Piette. On est une équipe qui est très bonne sur la contre-attaque et on a vraiment solidifié la base défensive. Je dois avouer que c'est devenu l'une de nos forces.»

Un groupe de capitaines

Patrice Bernier n'aura pas un successeur désigné en tant que capitaine de l'Impact. Garde a tranché et a décidé de «partager les responsabilités» entre plusieurs de ses joueurs. Il n'a pas donné de noms, mais on retrouvera certainement les Nacho Piatti, Bush ou Piette.

«Par expérience, je trouve que les joueurs ne sont pas toujours à l'aise de porter un brassard toute une saison dans un vestiaire. Ça peut arriver que certains joueurs aient cette âme dans un environnement, mais en discutant avec les uns et les autres, j'ai vu que ce que je proposais était bien perçu. Dans l'idéal, j'aimerais avoir 11 capitaines», a lancé Garde.

Les matchs amicaux ont permis de déterminer une grande partie de son onze, mais, on l'a encore vu mardi, plusieurs événements peuvent venir perturber les plans. «Il y a toujours des postes à gagner, puisque les semaines sont longues. Bien sûr, j'ai plein de scénarios en tête, mais la porte reste toujours ouverte. J'ai un cadre, une trame d'équipe dans ma tête, mais cela reste ouvert.»

Impact c. Whitecaps de Vancouver, dimanche à 18h