Le Sud-Coréen Yun Sungbin a trouvé une façon bien spéciale de souligner le Nouvel An lunaire, décrochant l'or au skeleton, vendredi, aux Jeux olympiques de PyeongChang.

LA PRESSE CANADIENNE

À 23 ans, le skeletoneurs a offert une deuxième médaille d'or à son pays et est devenu le premier Asiatique à mettre la main sur une médaille dans cette épreuve aux Olympiques.

Après avoir terminé au premier rang provisoire, jeudi, après les deux premières descentes de l'épreuve, Sungbin s'est emparé de la tête lors de la quatrième descente grâce à un temps record de 50,02.

En vertu d'un chrono cumulatif de 3:20,55, il a devancé de 1,63 seconde son plus proche rival, le Russe Nikita Tregubov, qui est monté sur la deuxième marche du podium. Il s'agit du plus grand écart entre les deux premières positions lors d'une épreuve olympique de skeleton, dépassant l'écart de 1,4 entre l'Italien Nino Bibbia et l'Américain Jack Heaton, en 1948.

Le Britannique Dom Parons (3:22,20) a mis la main sur la médaille de bronze.

Yun est devenu un héros national, s'exécutant devant les nombreux partisans qui s'étaient réunis pour l'occasion.

«Yun! Sung! Bin!, chantaient-ils en choeur. Yun! Sung! Bin!»

Dans la fleur de l'âge, il est le Champion du monde actuel sur le circuit et est maintenant couronné d'une médaille d'or olympique.

Le Canadien Kevin Boyer (3:25,40), de Calgary, a été relégué au 17e rang. Il a connu son meilleur temps lors de la troisième descente de l'épreuve, soit 51,14.

Les deux autres Canadiens, Dave Greszczyszyn et Barrett Martineau, ont terminé aux 21e et 25 rangs. En raison leurs résultats après trois descentes, ils n'ont pas participé à la dernière étape de l'épreuve, réservée au top 20.