À l'aube des quarts de finale, certains des jeunes espoirs du Canadien dépassaient les attentes les plus folles au Championnat mondial junior.

Mis à jour le 2 janv. 2019
Mathias Brunet LA PRESSE

Après quatre matchs, le premier choix du Canadien en 2017 (25e au total), Ryan Poehling, dominait au classement des compteurs avec huit points, dont cinq buts.

L'analyste et ancien DG de la Ligue nationale, Craig Button, lui a même conféré le titre de joueur par excellence en ronde préliminaire.

Poehling, un centre de 6 pieds 2 pouces et 185 livres, a entamé le tournoi à l'aile gauche du premier trio de l'équipe américaine, mais une blessure au jeune surdoué Jack Hughes lui a ouvert une porte au centre et il a pris son envol.

L'espoir du CH n'a pas obtenu ses points contre des petites nations. Il a amassé cinq de ses huit points contre la Suède et la Finlande.

Sans rien enlever à ses plus proches poursuivants au classement, Morgan Frost, repêché au 27e rang, en 2017 lui aussi, a obtenu cinq de ses sept points dans une victoire de 14-0 contre le Danemark. Maxime Comtois en a amassé quatre (de ses six points) dans cette même rencontre.

Poehling, 17 points en 16 matchs à St. Cloud State, dans la NCAA, est non seulement productif offensivement, mais il est employé dans les situations les plus délicates, en supériorité numérique ou dans les fins de matchs avec des avances à protéger.

Dominer au Championnat mondial junior ne garantit pas une glorieuse carrière. Mais la majorité des joueurs par excellence du tournoi ont bien fait par la suite.

Qui sait s'il ne rejoindra pas le Canadien à la fin de sa saison universitaire si le CH atteint les séries ?

- - -

Meilleur attaquant du Championnat mondial junior

2004: Zach Parise

2005: Alex Ovechkin

2006: Evgeni Malkin

2007: Alexei Cherepanov

2008: Viktor Tikhonov

2009: John Tavares

2010: Jordan Eberle

2011: Brayden Schenn

2012: Evgeni Kuznetsov

2013: Ryan Nugent-Hopkins

2014: Filip Forsberg

2015: Max Domi

2016: Jesse Puljujarvi

2017: Kiril Kaprisov 

2018: Casey Mittelstadt

- - -

L'autre étoile de la ronde préliminaire, et il s'agit là aussi d'une surprise, constitue le défenseur russe Alexander Romanov. Comme Poehling, Romanov a vu son rôle s'accroitre au fil des matchs. Il était aussi en tête des compteurs chez les défenseurs après quatre matchs (cinq points en quatre matchs). 

Même s'il est l'un des six joueurs de 18 ans ou moins de cette équipe composée majoritairement de joueurs de 19 ans, Romanov est vite devenu un pilier. Lors du dernier match de la ronde préliminaire, contre le Canada, Romanov a joué 22:07. Un seul de ses coéquipiers a été utilisé davantage. 

Romanov est un défenseur gaucher qu'on utilise à droite lors du tournoi. D'abord reconnu pour sa robustesse et sa fiabilité défensive, il se révèle à l'attaque. 

Plusieurs observateurs ont pourtant sursauté quand le Canadien l'a repêché au début de la deuxième ronde, au 38e rang, en juin. Romanov était répertorié au 115e rang des espoirs européens sur la liste de la centrale de la LNH, c'est à dire un choix de fin de repêchage, au mieux. 

Ce choix avait été obtenu des Blackhawks de Chicago avec Phillip Danault à la date limite des échanges en 2016 pour les joueurs de location Tomas Fleischmann et Dale Weise. Un coup de maître de Marc Bergevin. 

Romanov est sous contrat avec le CSKA Moscou jusqu'en 2020. Il faudra donc attendre un autre hiver avant de le voir à Montréal. 

Le coéquipier de Poehling, le gardien Cayden Primeau, un choix de septième ronde du Canadien en 2017, semble avoir pris la pole au sein de l'équipe américaine. Il a disputé le dernier match contre la Finlande et accordé trois buts en deux matchs. Il a été désigné le gardien partant des quarts de finale contre la République tchèque aujourd'hui. 

En temps normal, Jesse Ylonen, un autre choix de deuxième ronde du CH en 2018, aurait reçu plus de publicité. Il est, après tout, le meilleur compteur de la Finlande, l'adversaire du Canada ce soir, sur un pied d'égalité avec Aarnie Talvitie (quatre points en autant de matchs). Ylonen est un ailier hyper rapide, et l'un des espoirs les plus sous-estimés de l'organisation selon le directeur du recrutement du Canadien Trevor Timmins. 

Les deux espoirs du Canadien les plus en vue avant le tournoi, Nick Suzuki et le défenseur Josh Brook, sont moins spectaculaires. Suzuki, repêché au 13e rang en 2017 par les Golden Knights de Vegas et obtenu dans la transaction de Max Pacioretty, a montré quelques beaux flashs. Il a obtenu trois aides en quatre matchs et montre une belle créativité, mais il n'a pas eu à traîner l'équipe jusqu'ici. 

Brook, un choix de deuxième ronde en 2017, fait du bon travail dans un rôle plus défensif, et dans des conditions particulières puisque c'est un défenseur droitier appelé à jouer à gauche. Brook, quatrième dans la hiérarchie des défenseurs canadiens, a deux aides en quatre rencontres. Contre la Russie, trois défenseurs, Evan Bouchard, Noah Dobson et Ty Smith, trois choix de première ronde, ont joué plus que lui. 

Pour conclure avec les espoirs du Canadien, le septième à participer au Championnat mondial junior, Jacob Olofsson, un choix de deuxième ronde en 2018 (obtenu des Maple Leafs pour Tomas Plekanec) connaît un tournoi plus modeste offensivement. Il a été blanchi à ses quatre premiers matchs. Olofsson pourra se reprendre en rondes éliminatoires, ou même l'an prochain puisqu'il sera à nouveau éligible. 

HORAIRE DES QUARTS DE FINALE

Suède c. Suisse, 16h

Canada c. Finlande, 18h30

États-Unis c. République tchèque, 20h

Russie c. Slovaquie, 22h30

* * *

À LIRE 

Au grand soulagement des fans du Canadien, Carey Price était de retour à l'entraînement du CH ce matin et il pourrait même affronter les Canucks demain. Guillaume Lefrançois était à la pratique et il a recueilli les propos de Price par la suite.

Photo Darryl Dyck, La Presse canadienne

D'abord reconnu pour sa robustesse et sa fiabilité défensive, le défenseur russe Alexander Romanov se révèle à l'attaque.