Le départ d'Alex Galchenyuk a suscité des réactions hautement émotives de la part des fans du Canadien depuis vendredi.

Publié le 18 juin 2018
Mathias Brunet LA PRESSE

Échanger un attaquant talentueux comme Alex Galchenyuk comporte toujours un risque. Mais il apparaît important de déboulonner quelques mythes.

1- Galchenyuk constituait probablement le meilleur appât du Canadien sur le marché des échanges.

La valeur de Galchenyuk était nettement moins élevée que certains veulent bien le croire. Les problèmes personnels du jeune homme sont connus aux quatre coins de l'Amérique du Nord. Son entourage, contrôlant et toxique, aux yeux du Canadien, également. Les Devils ont offert Adam Henrique l'hiver dernier pour Galchenyuk. Plutôt mince comme offre.

2- On n'échange pas un compteur de 30 buts quand l'équipe a des problèmes à l'attaque.

Vrai, il ne faut pas échanger des compteurs de 30 buts. Galchenyuk en a compté 19 l'an dernier. Et 17 l'année précédente. En six ans de carrière, il a connu une seule saison de 30 buts. Et seulement deux saisons de 20 buts ou plus. En 418 matchs avec le Canadien, Alex Galchenyuk a compté 108 buts avec le CH. En 398 matchs avec le Canadien, Andrei Kostitsyn, premier choix, dixième au total en 2003, a compté 103 buts. Kostitsyn a connu trois saisons de 20 buts et plus, dont une de 26 buts, soit quatre de moins que la meilleure de Galchenyuk. 

3- Galchenyuk va exploser comme Tyler Seguin l'a fait après avoir été échangé des Bruins aux Stars de Dallas.

Seguin venait d'avoir 21 ans lorsque les Bruins l'ont échangé. Il avait disputé seulement trois saisons dans la Ligue nationale. Il avait connu une saison de 67 points à sa deuxième année et joué au centre toute sa carrière. Galchenyuk a obtenu 31 points à sa deuxième saison dans la LNH. Il a 24 ans et vient de compléter sa sixième saison dans la LNH.



4- Max Domi a moins de potentiel que Galchenyuk.

Domi a tout de même été un 12e choix au total en 2013, dans un repêchage nettement plus relevé que celui de l'année précédente, avec les Nathan MacKinnon, Aleksander Barkov, Seth Jones, Jonathan Drouin, Sean Monahan, Rasmus Ristolainen et Bo Horvat. À sa première saison dans la LNH, Domi a amassé 52 points. Galchenyuk a connu sa meilleure année en carrière à sa quatrième saison, 56 points. Galchenyuk a une moyenne de 0,61 point par match en carrière. Domi a une moyenne de 0,61 point en carrière. Domi a amassé 102 points en seulement 57 matchs à sa dernière année junior, et 10 points en sept matchs au Championnat mondial junior, à un point des meneurs Sam Reinhart, Nic Petan et Connor McDavid. 

5- Alex Galchenyuk n'a pas eu sa chance au centre et il aurait réglé le fameux problème du CH à cette position.

Galchenyuk a eu sa chance au centre, autant avec Michel Therrien que Claude Julien. Mais les entraîneurs exigent de leurs centres une fiabilité en tout temps. Pas un match sur deux ou une période sur trois. À tous les matchs, à toutes les périodes, à toutes les présences. Galchenyuk, malheureusement, n'était jamais à l'abri d'une crampe au cerveau ou d'un jeu à risque dans un moment névralgique du match. Il est doué, mais pas fiable. Sa compréhension du jeu et sa gestion d'un match en fonction du score, demeuraient toujours ordinaires après six ans.

6- Max Domi a marqué en moyenne 9 buts lors de chacune de ses deux dernières saisons.

Voilà une préoccupation importante. Par contre, Domi est d'abord un passeur et il ne faut pas occulter ses statistiques en ce sens. Il a tout de même obtenu 36 passes cet hiver, dans une saison que plusieurs qualifient de difficile. Aucun joueur du Canadien n'a obtenu autant de passes l'an dernier. L'année précédente, il a disputé seulement 59 matchs. Ces 36 passes, c'est deux de moins que Filip Forsberg, Alex Ovechkin et Tyler Seguin, six de moins que Ryan Johansen.

Par ailleurs, à 45 points, il a seulement un point de moins que Jonathan Drouin. Pas la catastrophe annoncée pour ceux qui le qualifient de joueur de troisième trio. D'ailleurs, Domi a 135 points en 222 matchs en carrière, Drouin en a 141 et 241 matchs en carrière. Deux jeunes hommes remplis de talent qui cherchent encore à lancer leur carrière. 

7- Le Canadien acquiert un autre petit attaquant.

Vrai. Max Domi mesure seulement 5 pieds 10 pouces. Mais le fils de l'ancien dur à cuire Tie Domi frise les 200 livres et possède de la robustesse à revendre. En novembre 2016, Ryan Kesler, 6 pieds 2 pouces, 202 livres, a eu le malheur de frapper la recrue Jakob Chychrun, 6 pieds 2, 210 livres, avec un bâton un peu élevé. Domi s'est porté à la défense de son jeune coéquipier. Un uppercut plus tard, Kesler était étendu sur la glace, assommé. Ce garçon n'a peur de personne même si aujourd'hui, il canalise mieux ses énergies. Il a passé quelques mois à l'infirmerie l'an dernier après s'être fracassé une main dans un combat. Papa n'a pas apprécié. Il veut que son fils se concentre sur le hockey. 

8- Marc Bergevin gaspille le talent de Galchenyuk comme il a gaspillé le talent de P.K. Subban.

L'échange de Subban n'était pas un bon échange. Subban était sur la pente ascendante, et il avait déjà fait ses preuves comme défenseur d'élite, à preuve son Norris, tandis que Weber, quatre ans plus vieux, n'allait pas s'améliorer. La personnalité exubérante de Subban agaçait certains de ses coéquipiers, mais il n'avait pas les problèmes hors glace de Galchenyuk. Subban était à son meilleur en séries. Galchenyuk «disparaissait» en séries. Son total de buts en carrière en séries s'élève d'ailleurs à... quatre en 28 matchs. Dans ce cas-ci, on obtient un joueur plus jeune en retour de Galchenyuk.

Dans une grande entrevue publiée il y a un an, l'ancien DG du Canadien Serge Savard m'avait confié sa déception à l'endroit de Galchenyuk. «Avec tout le talent qu'il possède, je me demande ce qu'il faut faire pour le relancer. Un gars de même, s'il dominait comme il doit dominer, ça ferait une grande différence. Comme Guy Lafleur avec nous autres, à l'époque. Guy était le meilleur joueur de la ligue et il se présentait chaque soir. Il était là dans les septièmes matchs contre Boston. C'était vrai pour Maurice Richard, c'était vrai pour Jean Béliveau. C'est fâchant de voir un gars talentueux comme lui ne pas jouer à la hauteur de son talent. Il nous a montré ce qu'il est capable de faire. Est-ce qu'il va se contenter de ça dans sa carrière? J'en ai vu, des gars qui se sont contentés de peu dans leur carrière. Il pourrait vraiment emmener l'équipe une coche au-dessus.»

Terminons par les citations de l'ancien capitaine des Coyotes de l'Arizona, Shane Doan à propos de Domi, son ancien partenaire de trio à Phoenix, publiée ce week-end sur le site de Sportsnet.

«Tout le monde adore jouer avec Max. Il fait tout le sale travail pour récupérer les rondelles libres. Il remporte les courses pour le disque et provoque des revirements avec sa vitesse. C'est l'élément de son jeu qui me plaisait beaucoup. C'était tellement agréable de jouer avec lui. C'est un attaquant puissant et dynamique. À son mieux, il rend ses coéquipiers meilleurs. Il est sur le point d'atteindre son plein potentiel et il sera un extraordinaire joueur pour le Canadien.»

«Max a connu une extraordinaire année recrue. Il a obtenu plus de 50 points et marqué presque 20 buts au sein d'une mauvaise équipe. Malgré nos insuccès, il a continué à se battre. C'est dur de ne pas s'essouffler après une telle année. Ralentir après une grosse année vous permet de réaliser à quel point il est difficile de briller dans la LNH. Il a été placé dans des conditions difficiles l'an dernier avec un club qui ne gagnait pas en début de saison, et qui ne marquait pas non plus. Max s'imaginait qu'il devait compter à chaque match pour aider le club. C'est le leader dans ce vestiaire et il s'est mis beaucoup de pression. Oliver Ekman-Larsson et lui ont tenté de prendre toutes les responsabilités. C'est lourd sur les épaules de seulement deux joueurs.»

«Un joueur ne comprend pas nécessairement le métier de hockeyeur professionnel avant d'avoir disputé environ 300 matchs. Tu peux marquer 25 ou 30 buts, mais ça signifie que tu as compté des buts dans seulement 20 ou 25 matchs. Dans les 60 autres matchs, tu dois te demander de quelle façon tu as contribué à aider ton équipe? Tu dois être du bon côté de la rondelle, terminer ta mise en échec, tous ces petits détails pour aider ton club à gagner.»

Photo Dan Hamilton, archives USA Today Sports

Max Domi a une moyenne de 0,61 point par match en carrière, tout comme Alex Galchenyuk.