Le jeune centre du Sting de Sarnia, assurément l'un des cinq premiers choix au repêchage la semaine prochaine, ne veut plus laisser planer de doute: il renonce à son passeport russe et jure qu'il veut représenter les États-Unis aux compétitions internationales pour le reste de sa carrière.

Mathias Brunet

Voilà qui pourrait contribuer à rassurer les clubs de la LNH, qui craignent toujours de voir les jeunes russes bouder la Ligue nationale au profit de la KHL, qui non seulement offre des salaires alléchants, mais permettent à ces jeunes d'évoluer dans leur mère patrie. Les Canadiens et les Américains ne feraient-ils pas la même chose si la situation était inversée?

Galchenyuk est né à Milwaukee alors que son père jouait pour les Admirals de Milwaukee dans la Ligue internationale. La famille a aussi vécu en Allemagne et en Italie où le paternel a poursuivi sa carrière, avant de s'établir en Russie jusqu'en 2009. Ils sont retournés aux États-Unis il y a trois ans afin que le jeune Alex y retrouve un club Midget dans la région de Chicago. Il joue depuis deux ans à Sarnia, en Ontario.

"J'ai uniquement un passeport américain maintenant et c'est ma décision à moi. Mon père m'a laissé le libre choix. Je me sens à l'aise au sein de USA Hockey et j'aime leur façon de traiter les joueurs. Je me considère comme un Américain."

Galchenyuk serait peut-être considéré comme un indiscutable premier choix au total n'eut été d'une blessure au genou qui lui a fait raté la presque totalité de la dernière saison. Il représente un certain risque, mais possède un talent indéniable. C'est un centre de 6 pieds 1 pouces et 200 livres très doué pour alimenter ses ailiers, mais aussi avec de redoutables instincts de marqueur. Je crois qu'il sera le choix du Canadien au troisième rang, même si la perspective de repêcher Teuvo Terevainen titille sans doute Trevor Timmins.