On nous explique depuis des années chez le Canadien qu'il n'est pas facile de gagner dans la Ligue américaine: l'emphase est mis sur les jeunes, il y a des blessés, des joueurs rappelés régulièrement dans la LNH, bla-bla-bla...

Mathias Brunet

Pourtant, à Syracuse, club-école du Lightning, on a atteint la finale en 2013, 2017, et malgré la perte de joueurs importants l'été dernier, l'équipe menée par Julien Brisebois et l'entraîneur Benoit Groulx présente une fiche de 25-14-4 cette saison. Brisebois a aussi remporté le championnat, la Coupe Calder, en 2012 avec le club-école, alors installé à Norfolk et dirigé par Jon Cooper.

Au fil des ans, on a développé dans la Ligue américaine les Tyler Johnson, Vladislav Namestnikov, Yanni Gourde, Ondrej Palat, Alex Killorn, Jake Dotchin, Slater Koekkoek, Cédric Paquette et le gardien Andrei Vasilevski.

Même s'il ne fait pas allusion au Rocket de Laval, le dossier bien étoffé de Guillaume Lefrançois aujourd'hui dans La Presse + nous rappelle à quel point le club-école du CH en arrache à bien des chapitres.

À Syracuse, les cinq meilleurs compteurs de l'équipe ont une moyenne d'âge de 22,6 ans, nous rappelle Guillaume. Cette moyenne passe à 21,6 ans pour les huit premiers.

"Certaines équipes font confiance à plus de vétérans, mais c'est une ligue de jeunes. C'est très cyclique. Nous, on a Anthony Cirelli, Mathieu Joseph, Dennis Yan, Alexander Volkov... On a six ou sept attaquants de première année, a confié Benoit Groulx à notre collègue. Quand tu as ces jeunes-là, tu leur fais une place. Quand tu n'as pas de jeunes qui sortent du junior, de l'université, tu organises ton club différemment. »

En cinq ans sous le règne de Sylvain Lefebvre au sein du club-école du CH, l'équipe a raté les séries quatre fois. Elle a été éliminé en première ronde par le Crunch l'an dernier. On a ajouté des vétérans cette saison, mais le club est en voie de louper le détail pour la cinquième fois en six saisons (fiche de 17-20-7). Le club a remporté seulement huit de des 28 derniers matchs...

Au chapitre du développement, Charles Hudon et Jacob De La Rose sont les deux seuls joueurs réguliers développés par le club-école depuis 2012 (Brendan Gallagher a néanmoins disputé 36 matchs à Hamilton pendant le lockout avant de rejoindre le CH à la mi-saison). Greg Pateryn, Nathan Beaulieu et Sven Andrighetto ont joué pour Sylvain Lefebvre, mais ils sont désormais dans une autre organisation. Pateryn a au moins rapporté un joueur régulier, Jordie Benn, Andrighetto a été échangé pour Andreas Martinsen et Beaulieu un choix de troisième ronde.

Parmi les quatre premiers compteurs à Laval cette année, Chris Terry a 28 ans, Matt Taormina 31 ans et Adam Cracknell 32 ans. Et il y a Michael McCarron et Brett Lernout qui régressent. Seul rayon de soleil, Nikita Scherbak, troisième compteur avec 27 points en 22 matchs seulement. Il a 22 ans. À quand un rappel?

Le navire coule de partout. De partout...