Alex Kovalev renouait avec les partisans du Canadien hier. Déjà sélectif dans l'effort déployé lors de ses présences sur la patinoire, l'Artiste ne s'est pas défoncé hier. Après tout, ce n'était qu'un match préparatoire.

Publié le 25 sept. 2010
François Gagnon LA PRESSE

Cela ne l'a toutefois pas empêché de se signaler à quelques occasions. Il a profité d'un cafouillage défensif du Canadien pour repérer son joueur de centre, Mike Fisher, dans l'enclave. Kovi lui a aussitôt servi une belle passe qui a permis aux Sénateurs d'enfiler le premier but de la rencontre tôt en première.

L'Artiste a orchestré quelques poussées et obtenu quatre tirs au but. Mais on a pu constater une perte de vitesse évidente en deuxième lorsqu'il a raté une longue échappée en n'arrivant pas à rejoindre la rondelle qui a glissé devant lui.

À l'aube de sa 18e saison dans la LNH, Kovalev se remet d'une intervention chirurgicale au genou gauche. Une intervention subie à Pittsburgh, à la fin de la dernière saison, au cours de laquelle les spécialistes ont rattaché des ligaments en piteux état.

La même opération qui obligera Andrei Markov à rater le début de saison.

«Il faudra encore de six à 12 mois avant de retrouver toute ma force, mais je suis en mesure de jouer», assurait Kovalev à son arrivée au Centre Bell hier.

Il faut dire que Kovalev ne peut se permettre de prendre son temps.

À la deuxième et dernière année du contrat d'une valeur de 10 millions qui le lie aux Sénateurs, Kovalev devra connaître une bonne saison pour faire oublier sa production timide de 18 buts et 49 points de l'an dernier. Sans quoi, il pourrait avoir de la difficulté à trouver preneur dans la LNH.

«Je veux jouer au hockey le plus longtemps possible. Jouer en Russie dans la KHL demeure une option. Mais je ne veux pas l'envisager pour le moment. C'est dans la LNH que je veux prolonger ma carrière», assurait Kovalev qui aura 38 ans en février prochain.

Rétablissement d'une sérieuse opération

Même s'il se remet d'une opération très sérieuse, Kovalev refuse toujours de porter des orthèses sous son équipement.

«Si c'est guéri, c'est guéri. Je ne vois pas pourquoi je porterais cette protection supplémentaire. Je n'en ai pas eu besoin après la reconstruction de mon autre genou (1996), je n'en ai pas besoin maintenant.»

S'il semble acquis que Kovalev aura de la difficulté à atteindre le plateau des 500 buts dans la LNH en carrière - il en revendique 412 -, mais il n'a besoin que de 10 points pour devenir le 75e joueur de l'histoire à récolter 1000 points.

Il sera intéressant de voir s'il y parviendra avant son capitaine, Daniel Alfredsson, qui compte 992 points à sa fiche.