Les Flyers de Philadelphie ont renversé les observateurs, il y a deux ans, en passant d'une saison de 56 points, le pire total de la LNH, à une récolte de 95 points et une sixième place dans l'Est, l'an dernier.

Mathias Brunet LA PRESSE

Le DG des Flyers, Paul Holmgren, n'a cessé de recevoir des louanges aux quatre coins de la Ligue nationale pour ses décisions opportunes.

Plus près de chez nous, à Drummondville, les Voltigeurs, de la LHJMQ, ont réalisé un exploit encore plus étonnant.

L'équipe de l'entraîneur Guy Boucher, qui avait obtenu un maigre total de 33 points, l'an dernier, vient de terminer la saison régulière avec 112 points, la meilleure fiche de la ligue et un record canadien pour le plus grand écart de points d'une année à l'autre. Tout en étant l'équipe à s'être battue le moins souvent cette saison, seulement 20 fois.

Boucher et le DG Dominic Ricard ont d'ailleurs été récompensés ces derniers jours en acceptant une prolongation de contrat. Il serait toutefois étonnant que Boucher ne reçoive pas d'offres d'équipes professionnelles d'ici les prochaines années.

Ils ont gardé leurs jeunes

À l'aube des séries éliminatoires de la LHJMQ, qui s'amorcent ce soir, Drummondville sera l'un des clubs favoris, avec Rimouski, Moncton, Shawinigan, Cap-Breton et Québec.

«On aurait pu échanger nos meilleurs jeunes, l'an dernier, pour obtenir des vétérans et ainsi sauver notre saison, mais on a mis notre ego de côté, a raconté Boucher, ces derniers jours. C'était un suicide d'y aller avec autant de jeunes, mais on savait de toute façon que ce serait une année difficile.»

Les Voltigeurs ont donc retrouvé, cette année, les Marc-Olivier Vachon, capitaine à 17 ans, Philippe Lefebvre, Gabriel Dumont et Charles Landry. Et ils avaient conservé leurs choix au repêchage.

Le DG Ricard a su greffer à son équipe, depuis un an, des vétérans pour entourer ses jeunes de talent, que Boucher a faits produire à un rythme étonnant. C'est le cas de Yannick Riendeau, 49 points en 42 matchs, l'an dernier, avec les Huskies de Rouyn-Noranda, qui a terminé en tête des compteurs de la ligue, cette saison, avec 126 points, dont 58 buts, en 64 matchs. Ou Dany Massé, 79 points en 70 matchs l'an dernier à Bathurst, mais 110 points cette année, au deuxième rang des compteurs de la ligue derrière Riendeau. Ou Mike Hoffman, rejeté par Kitchener et Gatineau ces dernières saisons, auteur de 52 buts cette année. Ou Samson Mahbod, qu'on est allé chercher dans le junior AAA avec les Mustangs de Vaudreuil et qui a obtenu 79 points.

L'acquisition de Kulikov

Mais l'acquisition cruciale demeure celle du défenseur russe Dimitry Kulikov, choisi au second rang du repêchage des joueurs européens, l'été dernier. Kulikov a amassé 62 points en 57 matchs avec une fiche de "34. «C'est un Markov avec beaucoup d'énergie; il va être repêché en première ronde dans la Ligue nationale, cet été, mentionne Guy Boucher. Il est extraordinairement discipliné. Il a le talent d'un Russe, avec la hargne d'un Canadien.»

Les Voltigeurs ont travaillé fort pour l'obtenir. «André Ruel, qui oeuvre avec les Voltigeurs depuis une trentaine d'années, a beaucoup de mérite dans ce dossier, dit Boucher. Il l'a suivi dans plusieurs petits tournois internationaux et j'ai eu la chance de rencontrer Kulikov après la finale du Championnat mondial des moins de 18 ans (Boucher était l'adjoint de Pat Quinn avec l'équipe canadienne). Kulikov voulait jouer pour Drummondville et nous avons pris les moyens pour repêcher au deuxième rang derrière Sudbury, qui a choisi Nikita Filatov. Celui-ci finalement a fait le saut directement dans la Ligue américaine (et un peu dans la LNH avec Columbus) en raison de son âge.»

Le chef d'orchestre

Drummondville n'aurait jamais obtenu autant de succès sans un grand chef d'orchestre et Boucher a mis à profit ses connaissances dans le domaine de la psychologie pour motiver ses troupes.

«On a appris à nos joueurs à ne pas voir les obstacles comme une menace, mais plutôt comme un défi. À ne pas être nerveux, mais à avoir faim. On ne peut pas transformer une façon de penser du jour au lendemain, mais nous y sommes parvenus. C'est une bonne gymnastique mentale. On demandait à nos joueurs de reformuler leurs phrases quand on sentait le doute dans nos discussions avec eux. Ça nous demandait à nous, les entraîneurs, de faire aussi constamment attention à ce que nous disions. «

Boucher a aussi donné à ses joueurs des objectifs différents de ce que l'on voit habituellement. «On ne s'attarde jamais, mais jamais au résultat. Plutôt au processus, à l'effort. Parce que la quête de la victoire amène seulement du stress et de l'anxiété. «

Les Voltigeurs affrontent Lewiston en première ronde. Un adversaire qu'il ne négligera pas, tout comme plusieurs autres clubs. «Parmi les favoris, Rimouski apparaît clairement, la progression de cette équipe est énorme depuis les Fêtes, fait remarquer Boucher. Il y a plusieurs aspirants, comme à chaque année où la Coupe Memorial est présentée sur notre territoire. Plusieurs clubs mettent le paquet pour cette année-là, en sachant qu'ils peuvent se permettre de perdre la finale puisque la ville hôtesse est assurée d'une participation à la Coupe et qu'il est plus facile de gagner le championnat dans un amphithéâtre de notre ligue.»