Dominique Ducharme aurait de bonnes raisons d’être ébranlé ces jours-ci.

Mis à jour le 1er déc. 2021
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Une fiche de 6 victoires et 18 défaites. Une équipe qui doit composer avec des blessures qui perdurent. Un changement de directeur général. L’arrivée d’un nouveau VP aux opérations hockey. Des changements dans la vision de l’organisation, mais dont on ignore encore la nature.

Autant de raisons d’avoir la tête qui tourne.

De l’extérieur, Dominique Ducharme semble serein. Mais l’est-il réellement ? En conférence de presse après l’entraînement hors glace de son équipe, mercredi midi, l’entraîneur-chef s’est fait demander si les résultats de l’équipe depuis le début de la saison avaient une influence sur sa confiance en tant que coach.

« Je garde le cap », a-t-il répondu.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Dominique Ducharme

« Comme entraîneur, de toute façon, tu es toujours en train de regarder et essayer de peaufiner, changer… Je ne pense pas que ce soit une question de tout changer. C’est de trouver des petits ajustements, de nouvelles façons de l’amener aux joueurs, le pratiquer, l’enseigner, le démontrer dans n’importe quelle situation. »

« [C’est comme ça] aujourd’hui, [ça l’était aussi] l’année passée, il y a 5 ans et 10 ans. Ce sera pareil dans 5 ou 10 ans. On se remet tout le temps en question comme coach, c’est pour ça qu’on ne dort pas beaucoup le soir. »

Ducharme disait mercredi matin que Jeff Gorton était attendu « d’une minute à l’autre » au Complexe Bell de Brossard. Il n’avait à ce moment-là pas encore eu de conversation en profondeur avec le nouveau VP aux opérations hockey. On se doute que les deux hommes auront beaucoup de choses à se dire. « Apprendre à le connaître, etc. C’est toujours mieux en personne », a soutenu l’entraîneur.

La machine à rumeurs roule à une vitesse folle depuis dimanche. Qui sera le choix de Geoff Molson pour compléter Gorton ? C’est la question que tout le monde se pose. L’ancien gardien vedette du Tricolore Patrick Roy a justement publiquement affirmé être intéressé par le poste, mardi.

Ducharme, lui, préfère cependant ne pas trop penser à tout ça.

« Ma famille et le reste, je leur ai dit de garder ça loin de moi, a-t-il lancé. Ce n’est pas juste pour cette situation-là. La partie du travail que j’ai à faire, je me concentre là-dessus. »

C’est certain qu’il va y avoir des noms qui vont sortir, c’est normal. Je connais le marché, j’ai vécu ici. Je sais ce que c’est, le Canadien. Je sais qu’il va y avoir des noms, des rumeurs, mais avant qu’on ait la réponse à savoir qui prend ce poste-là, moi, je n’ai pas grand-chose à voir là-dedans. Je n’ai pas d’opinion non plus à partager.

Dominique Ducharme

« C’est le travail de Geoff [Molson], c’est son équipe, c’est lui le propriétaire, le grand boss de l’organisation », a-t-il conclu à ce sujet.

Encore des fleurs

C’était au tour de Jeff Petry de s’adresser aux médias pour la première fois depuis le congédiement de Marc Bergevin. Comme plusieurs de ses coéquipiers au cours des derniers jours, le défenseur de 33 ans n’avait que de bons mots à l’endroit de l’ex-directeur général.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Jeff Petry

« Il a vu mon potentiel quand j’étais à Edmonton et m’a amené ici pour terminer l’année, m’a offert un contrat, même deux. Je lui dois beaucoup et je le remercie pour tout ce qu’il a fait pour cette équipe, cette organisation et moi-même au cours de mes sept dernières années ici.

« Berg aimait être autour des gars et prendre le pouls du vestiaire en étant là. Sa porte était toujours ouverte. Il avait une communication ouverte, qui a aidé beaucoup de joueurs au fil du temps. J’ai été dans une équipe où c’était l’opposé, tu ne voyais pas vraiment le directeur général. »

Petry, qui connaît des moments difficiles depuis le début de la saison, a indiqué que le changement de direction ne l’inquiétait pas pour la suite des choses.

« Ils vont venir et évaluer la situation, prendre la décision sur ce qu’ils veulent faire pour la suite des choses et sur ce à quoi ils s’attendent de l’équipe prochainement. Évidemment, des décisions doivent être prises et nous sommes au courant de ça. »

Trois blessés de retour ?

Après la séance en gymnase, un entraînement optionnel sur glace était prévu mercredi. Huit joueurs y ont pris part, dont Chris Wideman, Mathieu Perreault et Brett Kulak. Dominique Ducharme a fait savoir que les trois joueurs sont susceptibles de revenir au jeu jeudi, alors que l’Avalanche du Colorado sera en visite au Centre Bell.

Dans le cas de Joel Edmundson, pas de nouveau. Le défenseur doit encore passer des examens au cours des prochains jours.

Carey Price a de nouveau patiné seul sans équipement pendant une vingtaine de minutes, mercredi.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Carey Price

Au sujet de Nick Suzuki

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Nick Suzuki

Après avoir connu une séquence de 14 points en 11 matchs à la fin d’octobre et au début de novembre, Nick Suzuki traverse récemment des moments plus difficiles offensivement. Il n’a obtenu qu’un point à ses neuf derniers matchs, soit une mention d’aide dans le match du 24 novembre à Washington. L’entraîneur-chef n’est pas particulièrement préoccupé par cette situation. Il a rappelé que ce n’est pas la première fois que son joueur de centre vit une telle baisse de production. « Sa fin de saison l’année passée n’était pas exactement ce qu’il aurait aimé qu’elle soit, mais il a rebondi en séries éliminatoires. C’est du hockey encore plus serré, intense, et il a été capable de le faire, donc il faut qu’il retourne à ces points importants pour lui pour avoir du succès. […] C’est un gars qui est dédié, sérieux, mais qui, en même temps, continue de prendre de la maturité là-dedans. »