À l’occasion de la dernière semaine d’activités dans la LNH, Mathias Brunet relatera chaque jour une histoire marquante de la saison, par ordre chronologique. Aujourd’hui, le plus gros échange de la saison, celui de Pierre-Luc Dubois pour Patrik Laine.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

La saison a bien mal commencé pour les Blue Jackets de Columbus. Dès l’ouverture du camp d’entraînement, son centre numéro un, Pierre-Luc Dubois, troisième choix au total en 2016, a manifesté sa volonté d’être échangé.

Columbus était pourtant encouragé par ses résultats en séries éliminatoires, après avoir éliminé les Maple Leafs de Toronto en ronde préliminaire. Dubois avait été fumant, avec dix points en autant de rencontres de séries.

Mais la relation avec John Tortorella s’était détériorée au point où un divorce devenait inévitable. On a finalement exaucé son souhait en janvier.

À peine dix mois après avoir éliminé les Leafs, et moins de deux ans après l’énorme coup de poker du DG Jarmo Kekäläinen à la date limite des échanges avec les acquisitions de Matt Duchene et Ryan Dzingel, les Blue Jackets occupent la cave du classement, n’ont plus de centre numéro un et Tortorella prépare ses valises… si elles ne sont pas déjà faites.

En plus de Dubois, et Josh Anderson, les vétérans Nick Foligno et David Savard ont été échangés à la date limite des transactions.

Columbus n’a pas trouvé de centre pour remplacer Dubois, même si Jack Roslovic, obtenu dans la transaction, a produit offensivement avec 34 points en 48 matchs. Max Domi, acquis pour Anderson, a été ballotté à droite et à gauche et il n’a pas convaincu Columbus de son utilité au centre.

Bonne nouvelle pour Kekäläinen, Laine semble vouloir s’installer à Columbus. « J’aime ça ici et je veux rester, absolument », a déclaré l’attaquant finlandais acquis pour Dubois à NHL.com lundi, après l’annonce du départ de Tortorella.

PHOTO KIM KLEMENT, USA TODAY SPORTS

Patrik Laine

Laine a d’énormes carences en défense, mais il est capable de marquer 40 buts par saison avec un centre adéquat. « Je ne blâme pas le système de jeu, a-t-il déclaré pour expliquer sa fiche de - 29 et ses 21 points en 45 matchs. Peu importe qui se retrouve derrière le banc, je dois me présenter sur la glace et produire. Je n’ai pu le faire cette année, mais je vais le réussir la saison prochaine. »

Cet attaquant finlandais deviendra joueur autonome avec compensation dans quelques semaines, mais Kekäläinen dispose de beaucoup de souplesse au plan salarial.

Les Blue Jackets pourraient repêcher parmi les cinq premiers cet été et Kekäläinen a aussi obtenu des choix de premier tour des Leafs pour Foligno et du Lightning pour Savard. Avec le départ de Tortorella, l’exode des joueurs est peut-être terminé à Columbus.

À Winnipeg, Dubois n’a pas produit au rythme espéré lui non plus : seulement 20 points, dont 8 buts, en 40 matchs. Au centre du deuxième trio entre Andrew Copp et Mathieu Perreault, Dubois n’a pas marqué à ses 16 derniers matchs. Il a obtenu un seul point à ses 11 dernières rencontres. L’entraîneur Paul Maurice l’a employé à peine 11:58 lors de la dernière rencontre et moins de 15 minutes lors de sept des huit derniers matchs des Jets.

Dubois pourra toujours se racheter en séries éliminatoires, là où il a généralement du succès.

À lire

1- Le CH vient de rappeler Jesse Ylonen et Xavier Ouellet en prévision du match de mercredi en fin de journée contre Edmonton, le dernier de la saison. Joueront-ils pour reposer des vétérans ? Nous le saurons à 15 h mercredi !

2- Connor McDavid a atteint de nouveaux sommets d’excellence cette saison. Bilan d’Alexandre Pratt.

3- Portrait du nouvel entraîneur des U23 du CF Montréal, Otmane Ibrir, par Frédérick Duchesneau.