Établissons d’emblée la prémisse suivante : il est présentement impossible, pour quiconque, de museler complètement Auston Matthews de manière constante et durable.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

L’Américain domine la LNH avec 38 buts en 47 matchs, soit 9 de plus que son plus proche poursuivant Connor McDavid (29).

Cette saison, le Canadien n’a pas échappé au rouleau compresseur offensif que représente le joueur étoile des Maple Leafs de Toronto. En 7 matchs contre le Tricolore, Matthews a déjà inscrit 11 points, dont 5 buts.

En y regardant de plus près, on constate toutefois que Phillip Danault déploie probablement la meilleure performance qu’on puisse imaginer de la part d’un joueur de centre opposé à Matthews en 2021.

Jusqu’ici, les deux ont passé un peu moins de 64 minutes ensemble à forces égales sur la patinoire. Pendant ce temps, leur équipe respective a marqué deux buts chacune, ce qui équivaut à un ratio de 1,88 but par 60 minutes de jeu.

Il s’agit de la plus faible contribution de Matthews contre le principal joueur de centre de chaque équipe affecté à sa couverture dans la division Nord. Bo Horvat (3,84), Elias Lindholm (2,62), Mark Scheifele (3,28), Leon Draisaitl (2,23) et Chris Tierney (6,45) font tous moins bien que Danault.

Une analyse encore plus poussée révèle que lorsque le Québécois est sur la glace, Matthews voit ses statistiques fondre, parfois même de moitié, en ce qui a trait à la possession de rondelle, aux buts marqués et aux chances de marquer obtenues par rapport à sa saison complète.

L’inverse n’est toutefois pas vrai : les statistiques générales de Danault baissent face à Matthews, mais dans une proportion largement moindre.

Lundi soir, au Centre Bell, on assistera déjà au huitième round entre ces deux adversaires qui commencent à très bien se connaître.

Au terme de l’entraînement matinal du Canadien, Danault n’a pas été rendu disponible pour commenter sa confrontation contre Matthews cette saison. Son ailier droit du moment, Josh Anderson, a toutefois souligné à quel point son coéquipier pouvait être un adversaire coriace pour les meilleurs éléments adverses, et qu’il démontrait même, lorsque la situation l’impose, un côté « méchant » qu’on lui connaît peu.

« On a vu contre Connor McDavid à quel point il peut jouer dur, physiquement », a rappelé Anderson, qui sera sollicité dans la couverture du gros trio des Leafs, que Matthews pilote en compagnie de Mitch Marner et de Nick Foligno.

« Ils veulent un match facile, mais on ne leur donnera pas », a assuré l’ailier du CH.

Jake Evans, pour sa part, a salué le nombre de « bonnes choses » que fait Danault, en commençant par son travail au cercle de mises au jeu. « Il fait toujours de bonnes lectures et joue bien avec son bâton, c’est ce qui le rend si efficace », a ajouté le jeune joueur de centre.

Alors que Danault a accompli la plupart de ses missions contre les Leafs avec au moins un de ses deux éternels partenaires Tomas Tatar et Brendan Gallagher, il devra s’en tirer cette fois avec Anderson et Jesperi Kotkaniemi.

« Ça ne change rien au jeu de Phil, a estimé l’entraîneur-chef Dominique Ducharme. C’est seulement une chimie différente, et je m’attends à ce que les trois connaissent un solide match. »

Formation inchangée

La formation qui affrontera les Maple Leafs lundi soir sera la même que celle qui a signé la victoire contre les Sénateurs d’Ottawa samedi dernier, à la seule différence que Jake Allen retrouvera le filet.

C’est donc dire que le défenseur Erik Gustafsson sera le seul joueur en santé à sauter son tour.

Aucun des joueurs blessés n’a pris part à l’exercice avec le reste du groupe. Tomas Tatar (bas du corps) a patiné en solitaire avant l’entraînement et a effectué quelques tirs. Paul Byron (bas du corps), qui a été aperçu en survêtement de sport, n’a pas touché à la glace.

Brendan Gallagher (pouce) et Shea Weber ont quant à eux patiné sans rondelle avec un thérapeute du club. Fait à noter : Weber avait en main un bâton de gaucher, lui qui est droitier. Il le tenait de sa main droite, ce qui peut laisser présumer que sa blessure au « haut du corps » se situe dans sa main ou son bras gauche. Il n’a pas été possible de valider cette hypothèse avec Dominique Ducharme.

Ce dernier a toutefois précisé que son capitaine, tout comme Tatar et Byron, sont considérés « au jour le jour ». On ne doit pas s’attendre à un retour de Gallagher avant les séries éliminatoires, a-t-il aussi dit.

Quant à Carey Price, qui soigne toujours les symptômes d’une commotion cérébrale, il devrait reprendre l’entraînement sur la glace mardi.